SF6 et effet de serre

Le 25 septembre 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La gestion par les Etats-Unis et l’Union européenne de leurs émissions d’hexafluorure de soufre (SF6), le gaz à effet de serre le plus puissant du protocole de Kyoto, est un véritable cas d’école de la politique environnementale des deux puissances.

«Programme volontaire», «partenariat», «effort commun» contre «règlement», «restriction d'utilisation» et «interdiction». Pour diminuer ses émissions d'hexafluorure de soufre, ce gaz consommé seulement à 7.500 tonnes chaque année dans le monde, les Etats-Unis ont fait le premier choix, l'Union européenne, le second. Comme souvent.

Dans le monde, l'hexafluorure de soufre est utilisé à 80% par l'industrie de production d'électricité, principalement dans les appareillages de connexion à haute tension. Théoriquement, il ne devrait pas être rejeté dans l'atmosphère. Les Etats-Unis et l'Union européenne veulent donc agir sur le confinement, la récupération et le recyclage du gaz dont le potentiel de réchauffement climatique est 23.900 fois plus élevé que celui du CO2. Mais la première puissance a misé sur un «partenariat relatif à la réduction des émissions de SF6 pour les systèmes de production électrique», la seconde sur un règlement (1) établissant une obligation pour les industriels de récupérer le SF6 afin qu'il soit recyclé, régénéré, ou bien détruit.

Pour les autres utilisations du gaz, l'Union européenne est encore plus sévère. Le même règlement interdit l'utilisation de la substance pour le remplissage des pneumatiques automobiles depuis le 1er juillet 2007. Le SF6 étant utilisé pour éviter l'oxydation de ce métal blanc, il prévoit également un bannissement pour le moulage sous pression du magnésium dès le 1er janvier 2008 (2). Ce sera aussi le cas des Etats-Unis. L'Agence de l'environnement (EPA) avait d'abord développé un «partenariat relatif à la réduction des émissions de SF6 pour l'industrie du magnésium» qui avait permis une réduction de 42% des rejets du gaz entre 1999 et 2002. Finalement, la première puissance mondiale a décidé de passer à la vitesse supérieure en prévoyant d'éliminer l'utilisation du SF6 de l'industrie du magnésium à partir de 2010. Les Etats-Unis et l'Europe auront donc réussi à s'accorder sur une mesure en matière de lutte contre les changements climatiques.



(1) Règlement (CE) n° 842/2006 du Parlement européen et du Conseil, du 17 mai 2006, relatif à certains gaz à effet de serre fluorés

(2) Sauf si la consommation annuelle de ce gaz est inférieure à 850 kilogrammes




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus