Sept jours chrono pour renoncer à l'autoroute polonaise

Le 01 mars 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

C'est un véritable ultimatum que la Commission a donné mercredi 28 février à la Pologne. Le pays a une semaine pour renoncer aux travaux de construction d'une autoroute qui risque de détruire un écosystème unique du nord-est du pays. Faute de quoi, la Commission saisira la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) pour obtenir l'arrêt des travaux. «Les dommages causés seront irréversibles. Aucune mesure de compensation ne pourra restaurer ce site unique», a dénoncé le commissaire à l'environnement Stavros Dimas.

En dépit d'avertissements répétés de Bruxelles, le gouvernement polonais a délivré début février le permis de construire au maître d'ouvrage, qui a commencé à prendre les mesures du futur tracé. Le tronçon contesté, long de 40 kilomètres, s'intègre dans le projet de Via Baltica, une voie transeuropéenne qui doit relier Tallinn à Varsovie, via les trois pays baltes. Il traverse -en l'enjambant par un pont- la vallée de Rospuda, qui «abrite une rare combinaison d'habitats intacts dans l'une des forêts vierges les plus vastes et les mieux préservées d'Europe centrale», selon la Commission.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus