Selon la FAO et l’OCDE, l'agriculture devra croître de 60% d'ici 2050

Le 11 juillet 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Augmenter la production agricole sera le défi
Augmenter la production agricole sera le défi

La production agricole devra croître de 60% d'ici 2050 pour répondre aux besoins d'une population plus nombreuse, plus urbaine et plus riche. Mais cette progression devra se faire de manière plus durable, estiment l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Cela revient à produire un milliard de tonnes de céréales et 200 millions de tonnes de viande en plus par an, par rapport aux niveaux de 2007, selon le rapport conjoint de la FAO et de l’OCDE, publié aujourd’hui 11 juillet.

D'où viendra cette énorme hausse de la production? Essentiellement de la productivité, a déclaré le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria lors d'une conférence de presse à Rome, estimant qu'il s'agit d'un défi plutôt difficile.

L'OCDE et la FAO estiment que ce sont principalement les pays en développement qui permettront cette croissance, laquelle s'annonce toutefois moins vigoureuse que ces dernières années.

La progression de la production agricole mondiale a été supérieure à 2% par an au cours des dernières décennies, mais d'après les projections elle va se tasser pendant les 10 ans à venir à 1,7% par an.

Toutefois, malgré ce ralentissement, la croissance de la production restera supérieure à la croissance démographique prévue. La production par habitant devrait donc continuer à progresser de 0,7% par an, précisent encore les deux organismes.

Ces dernières années, la hausse de la production est venue surtout des pays en voie de développement, en particulier d'Amérique latine et d'Afrique sub-saharienne, les deux régions qui ont le plus gros potentiel agricole actuellement, note le directeur de la FAO, José Graziano da Silva.

FAO et OCDE prévoient que sur les 10 années à venir, les prix alimentaires vont diminuer ou rester stables même si, en moyenne, ils seront 10 à 30% plus élevés que dans la décennie précédente.

Reste toutefois que ces calculs ne tiennent pas compte de la croissance du secteur des biocarburants. Or les experts estiment que la production mondiale de bioéthanol et de biodiesel va presque doubler d'ici 2021, utilisant donc de plus en plus de terres, qui se retrouvent de fait indisponibles pour des cultures vivrières destinées à l'alimentation.

Pour la FAO et l'OCDE, ces dernières années, la production a pu croître grâce à l'augmentation des surfaces et aux intrants (tels que les engrais). Mais il y a lieu de penser que ces tendances ne vont pas se maintenir.

Quelque 25% de la totalité des terres agricoles sont très dégradées, d'après le rapport, qui souligne la nécessité d'une utilisation durable des ressources disponibles, qu'il s'agisse des sols, de l'eau, des écosystèmes marins, des stocks halieutiques, des forêts ou de la biodiversité.

Le rapport préconise donc, notamment, de renforcer la recherche, de soutenir davantage les petites exploitations mais également de réduire les pertes et les déchets pour répondre à une demande croissante.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus