Sellafield: le décaissement durable

Le 07 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Sellafield: le site plus pollué d'Angleterre.
Sellafield: le site plus pollué d'Angleterre.

C’est l’un des plus grands scandales de l’industrie nucléaire britannique. Situé dans le comté de Combrie, au bord de la mer d’Irlande, Sellafield est un site dédié à l’atome depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

S’étendant sur 260 hectares de landes, il abrite une centrale nucléaire, une usine de traitement de combustibles usés, une usine de fabrication de Mox, des installations de stockage de déchets radioactifs, d’anciennes piles atomiques accidentées.

Sur les 1.400 bâtiments que compte l’installation, 240 contiennent ou ont contenu des matériaux radioactifs. Témoin de deux accidents (dont un majeur, en 1957), l’environnement est fortement pollué à certains endroits.

Bref, comme le résume le National Audit Office (NAO) dans le rapport qu’il publie, aujourd’hui 7 novembre, sur la gestion de la décontamination de l’ancienne Windscale, il s’agit là du plus grand et du plus dangereux site pollué du Royaume.

Incapable de le décontaminer et de l’assainir, son exploitant, BNFL, l’a cédé à une structure publique, la National Decommissioning Authority (NDA), en charge de la décontamination des sites nucléaires britanniques. Après un appel d’offres international, la NDA a mandaté en novembre 2008 un consortium industriel pour mener, en 17 ans, les travaux d’assainissement et de démantèlement les plus urgents.

Regroupant URS, Amec et Areva, Nuclear Management Partner a vu son travail audité, pour la première fois, par le NAO. Et les résultats de l’étude ont de quoi inquiéter le contribuable de sa Majesté.

L’équivalent britannique de la Cour des Comptes s’étonne ainsi que le montant des premiers travaux ait connu une inflation de 900 millions de livres (1.126 millions d’euros) en seulement 10 mois. De même, le nouveau montant du nettoyage du site est passé de 47 Md£ (59 Md€) en mars 2009, à 67 Md£ (84 Md€). Désormais, les membres de Nuclear Management Partner estiment que le lessivage intégral de Sellafield ne sera pas achevé avant 2120. Une autre conception du développement durable.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus