Sel ou cholestérol, il faut choisir

Le 16 novembre 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les régimes allégés en sel n’auraient pas un effet très marqué sur la pression artérielle, et semblent même augmenter le taux de cholestérol, selon une étude danoise publiée dans l’American Journal of Hypertension.
Si notre consommation en sel semble baisser, elle demeure encore trop élevée, jugent les autorités sanitaires de plusieurs pays développés. Notamment la France, qui en a fait l’un des objectifs du Programme national pour l’alimentation (PNA), lancé en septembre 2010.
 
Mais les bienfaits d’une réduction en sel sur l’hypertension ne semblent plus autant une évidence. Notamment depuis qu’une récente étude belge (voir le JDLE) a montré que les personnes en consommant le moins avaient 56% plus de risques de décéder d’une maladie cardiovasculaire!
 
C’est une autre flèche que viennent de décocher Niels Graudal, de l’hôpital universitaire de Copenhague, et ses collègues contre le dogme anti-sel. Selon leur méta-analyse, à savoir une étude groupée de 167 articles publiés sur le sujet, baisser sa consommation en sel aurait non seulement peu d’effets sur la pression artérielle, mais serait même contre-productif en termes de lipides.
 
En moyenne, les personnes se tournant vers un régime allégé en sel ont vu leur taux sanguin de cholestérol augmenter de 5,76 milligrammes par décilitre (mg/dl), soit une hausse de 2,5% par rapport au niveau initial. De même pour les triglycérides, dont le taux a grimpé de 6,78 mg/dl (+7%).
 
Chez les personnes dont la pression artérielle était initialement normale, l’effet d’une réduction du sel ne dépassait pas 1%. Explication la plus probable: d’éventuels bénéfices seraient contrebalancés par une surproduction de plusieurs hormones (rénine, aldostérone, adrénaline et noradrénaline), qui au contraire augmentent la pression.
 
Autant de résultats dont s’est emparé avec gourmandise le Salt Institute, association américaine regroupant plusieurs industriels du sel. Dans un communiqué (http://www.prweb.com/releases/2011/11/prweb8948656.htm), son vice-président Morton Satin appelle à revoir les recommandations anti-sel: «A la surface, on peut peut-être voir une diminution mineure de la pression artérielle chez les hypertendus, mais cela pourrait cacher toute une série de risques sérieux».
 


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus