Séisme: la fracturation de nouveau suspectée

Le 12 mars 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'injection d'eau sous de trop fortes pressions pourrait provoquer des séismes.
L'injection d'eau sous de trop fortes pressions pourrait provoquer des séismes.

 

La fracturation hydraulique est le sujet politique du moment dans l’état de l’Ohio. Entre mars et décembre 2011, des milliers d’habitants du Buckeye State, de la Pennsylvanie et de l’Ontario ont ressenti une douzaine de séismes, dans une région non réputée pour son activité sismique, mais pour ses forages de pétrole et de gaz.

 

Cette succession de tremblements de terre, de faible puissance (magnitude variant entre 2 et 4), correspond à l’activité d’hydrofracturation menée par les exploitants du puits Northstar 1, dans le comté de Youngstown. Un puits dont l’activité a été suspendue au début du mois de janvier [JDLE].

 

Régulateur des activités pétrolières et gazières, le département des ressources naturelles a ouvert une enquête, dont les conclusions préliminaires ont été mises en ligne vendredi 9 mars.

 

Après avoir instrumenté le site et effectué une quinzaine d’inspections, les géologues sont clairs: ils n’ont pas la preuve formelle que les foreurs de D&L Energy sont à l’origine des séismes; toutefois, tous les éléments semblent converger vers le puits suspect.

 

En attendant la fin de l’enquête, le département des ressources naturelles de l’Ohio recommande de durcir la réglementation, en interdisant tout nouveau forage dans la couche du précambrien (où forent les exploitants de Northstar 1), en exigeant des foreurs qu’ils réalisent des études d’impact de leurs travaux avant leur démarrage. Enfin, tous les puits devraient être équipés des meilleurs systèmes de mesure de la pression des fluides injectés et d’arrêt d’urgence.

 

Ces propositions ont rapidement fait réagir les… républicains. Ces derniers accusent le sénateur Sherrod Brown (démocrate) d’être opposé à la fracturation hydraulique et donc à la… création d’emplois.

 

En juin 2011, le bureau géologique britannique (BGS) avait attribué à la fracturation hydraulique, utilisée par Cuadrilla Resources, la maternité du tremblement de terre qui avait secoué la région de Blackpool en mai 2011 [JDLE].



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus