Ségolène Royal n’a pas oublié les économies d’énergie

Le 15 mai 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le gouvernement espère que 10 milliards de travaux seront réalisés entre 2018 et 2020.
Le gouvernement espère que 10 milliards de travaux seront réalisés entre 2018 et 2020.
DR

Les économies d’énergie ont souvent été le parent pauvre de la politique énergétique française. Ségolène Royal a fait avancer ce difficile dossier de plusieurs façons.

 

D’abord, en faisant inscrire d’ambitieux objectifs de réduction de consommation d’énergie (à 2050, certes) dans la loi sur la transition énergétique.
In extremis. Quelques jours avant son départ, la ministre a publié le décret tertiaire. Attendu depuis 2010, ce texte oblige les propriétaires d’immeubles tertiaires à améliorer leurs performances énergétiques. 900 millions de mètres carrés sont concernés.

Ensuite, en faisant plus que doubler l’objectif assigné aux entreprises éligibles au mécanisme des certificats d’économie d’énergie: 1.600 térawattheures (TWh) cumac entre 2018 et 2020, contre 850 TWh cumac entre 2015 et 2017. La part dévolue aux travaux dans les logements des ménages les plus modestes a été portée à 400 TWh cumac: trois fois plus que précédemment. De quoi susciter 10 milliards de travaux, ont calculé les services du ministère de l’environnement.

Il faudra bien ça pour faire reculer la précarité énergétique, phénomène qui ne cesse de gagner des parts de marché. Selon l’Observatoire national de la précarité énergétique, 20% des ménages français consacrent désormais plus de 10% de leurs ressources au règlement de leurs factures d’énergie: 17% de plus qu’en 2006!

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus