Ségolène Royal annule l’augmentation des tarifs régulés d’électricité

Le 19 juin 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Jean Gaubert, Médiateur de l'énergie, se satisfait de l'annulation de la hausse du tarif régulé de l'électricité.
Jean Gaubert, Médiateur de l'énergie, se satisfait de l'annulation de la hausse du tarif régulé de l'électricité.
DR

Pilotage du mix énergétique, arrêt de Fessenheim sont quelques-uns des arbitrages ministériels perdus par la ministre de l’écologie. Représailles ou simple coïncidence, Ségolène Royal a surpris son monde, jeudi 19 juin, en annonçant que les tarifs régulés de vente d’électricité n’augmenteraient pas au 1er août, comme prévu.

Pas de hausse de 5% des tarifs régulés de vente

Sur BFMTV, la locataire de l’hôtel de Roquelaure a déclaré que «les tarifs EDF n'augmenter[aie]nt pas au 1er août prochain», alors qu'une hausse de 5% était prévue pour les particuliers. Quant à une éventuelle hausse au 1er janvier, Ségolène Royal a indiqué: «On le saura au 1er octobre».

Conséquence immédiate: le cours de l’action d’EDF, présenté par certains observateurs comme l’un des grands gagnants du projet de loi sur la transition énergétique, a lourdement chuté, accusant une baisse dépassant les 12% dans la matinée.

La ministre avait promis en avril qu'il n'y aurait «pas d'augmentation» des tarifs d'EDF d'ici le mois d'août malgré la décision du Conseil d'Etat contraignant le gouvernement à faire payer une facture d'électricité rétroactive à la plupart des foyers français.

Le Médiateur de l'énergie satisfait

Dans la journée, le médiateur de l’énergie a salué l’annonce de la ministre. «Les Français, et plus particulièrement les ménages les plus fragiles, ne pourront être que soulagés de ne pas avoir à supporter une nouvelle hausse impactant leur facture cet été. Comme médiateur indépendant au service des consommateurs, je ne peux que m’en féliciter.»

Jean Gaubert soutient par ailleurs le principe d’une réforme des modalités de calcul des tarifs réglementés de l’électricité et y apporte sa pierre: «On peut s'étonner que le taux de rémunération des capitaux des opérateurs publics de transport et de distribution d’électricité reste très élevé (7,25% avant impôt), alors que les taux d'intérêt actuels du marché sont très bas. Cette sur-rémunération des capitaux, pour une activité de service public sans risque, alourdit inutilement le Turpe[1], qui représente près de la moitié de la facture (HT) d'électricité».

Il en va de même pour la part fourniture des tarifs réglementés de l’électricité, dont les coûts doivent être couverts en application de la loi: «Quels sont précisément les coûts dits commerciaux d’EDF qui sont pris en compte pour le calcul des tarifs réglementés? Les pouvoirs publics doivent redéfinir les coûts à couvrir par le tarif et donner les moyens au régulateur de mieux contrôler les informations communiquées par les opérateurs», préconise Jean Gaubert.

 



[1] Turpe: Tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus