Sécurité des aliments: les Français croient au progrès

Le 05 octobre 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plus de deux tiers des Français estiment que la sécurité sanitaire des aliments s’est améliorée au cours des 20 dernières années, selon la 6e édition du baromètre de l’alimentation.
 
Menée chaque année par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) pour le ministère en charge de l’alimentation, cette étude a porté sur 958 personnes de plus de 18 ans interrogées courant juin à leur domicile.
 
Première préoccupation des Français, l’usage des pesticides sur les cultures, qui inquiètent 54% des personnes interrogées, suivi par la présence de microbes et de bactéries sur les aliments (45%). Viennent ensuite la contamination par des polluants environnementaux, les épidémies animales, les OGM puis les colorants et conservateurs.
 
Evolution notable par rapport à 2010, les OGM, qui constituaient la deuxième inquiétude des Français, ont perdu 14 points, tandis que la présence de microbes et bactéries en a gagné 10. A noter que les interrogatoires ont eu lieu du 16 au 20 juin, alors que sévissait en Allemagne une épidémie mortelle d’infection par la bactérie d’Escherichia coli.
 
Malgré ces préoccupations, les Français sont paradoxalement peu nombreux à examiner les étiquettes pour s’informer de l’éventuelle présence d’OGM (16%), de conservateurs (13%), de colorants (10%) ou de la teneur en sel (8%).
 
Parmi les conseils nutritionnels, celui de manger 5 fruits et légumes par jour semble le mieux assimilé par les personnes interrogées (38%), loin devant le fait de ne pas manger trop sucré ni trop gras (15%) ou de l’importance de l’exercice physique [1].
 
Dans son communiqué, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation met en avant le fait qu’«un peu plus de la moitié (51%) des Français considèrent que l’Etat doit avoir une politique de l’alimentation».
C’est pourtant la réciproque qui interpelle: selon le baromètre, 49% des Français interrogés considèrent que l’alimentation est «une affaire personnelle» et que «l’Etat n’a pas à s’en mêler»! Plus d’un quart (28%) affirment d’ailleurs ne se fier à aucun acteur public pour montrer ce qu’est une bonne alimentation.
 
Chez les autres, c’est l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) (54%) et le ministère de la santé (50%) qui suscitent le plus de confiance, loin devant le ministère de l’agriculture et de l’alimentation (28%).
 
 
[1] Pendant ironique à cette faible considération pour l’activité physique, la télévision écrase tous les autres moyens d’information des Français en ce qui concerne les questions alimentaires, avec un score de 72%.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus