Sécheresse: les débits seront réduits de 40% en Europe d’ici à 2100

Le 13 janvier 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des sécheresses plus longues et plus fortes sont attendues dans le sud de l'Europe
Des sécheresses plus longues et plus fortes sont attendues dans le sud de l'Europe

Une nouvelle étude du Centre de recherche européen (Joint Research Centre ou JRC), publiée le 9 janvier, confirme que les sécheresses seront plus fréquentes et plus nombreuses vers la fin du siècle. Elle précise aussi les zones qui seront les plus touchées au sein de l’Union, en raison du réchauffement et d’une pression accrue sur la ressource.

Contrairement au risque inondation, la prise de conscience d’un risque accru de sécheresses importantes est beaucoup moins répandue sur le Vieux continent, sans doute en raison du développement plus lent et imperceptible de ce phénomène.

La question a pourtant déjà été soulevée par différentes études et publications au cours des 20 dernières années. Le World Resources Institute nous a alertés sur la hausse des sécheresses attendue sur le pourtour méditerranéen.

En 2010, le montant de la facture des dommages (liés aux incendies de forêts par exemple) pour les pays de l’Union européenne s’est élevé à 6,2 milliards d’euros, soit le double de la moyenne constatée ces 30 dernières années

Cette année-là, la Commission européenne s’était d’ailleurs mobilisée pour encourager les Etats à prendre des mesures préventives, notamment en actionnant la tarification incitative pour réduire la consommation d’eau.

 

Prévisions climatiques, usages de l’eau et caractéristiques régionales

Menée en collaboration avec l’université allemande de Kassel, l’étude du JRC distingue trois types principaux de sécheresse: météorologique, liée à l’humidité du sol et hydrologique. En général, seules les deux premières sont étudiées. C’est pourquoi la dernière facette a, cette fois-ci, fait l’objet de toutes les attentions.

Les chercheurs se sont appuyés sur les 12 projections climatiques définies par l’Union européenne (Ensembles FP6 project) pour la période 1961-2100 et les ont reliées au scénario sur l’évolution des usages de l’eau en Europe (Scenes project).

Bien sûr, les réponses aux sécheresses sont différentes selon les régions, car chacune possède des caractéristiques propres -hydrologiques, de qualité des sols et d’occupation des terres. Les chercheurs ont donc étudié les effets des sécheresses dans chaque bassin hydrologique.

 

Des débits réduits de 40% d’ici A 2100

Publiées dans la revue Hydrology and Earth System Sciences (1), leurs conclusions montrent que le sud de l’Europe sera le plus affecté par les changements climatiques, avec une baisse pouvant atteindre 40% du débit des cours d’eau du sud de la France, de la péninsule ibérique, des Balkans et de l’Italie. Dans ces régions, les sécheresses vont augmenter de 80% (les chercheurs ont analysé leur durée et leur gravité) dans l’hypothèse d’une hausse des températures de 3,4 degrés Celsius entre le XVIIIe siècle et 2100. «Mais il faut s’attendre à des dommages encore plus importants puisque la température devrait s’accroître de 5°C d’ici la fin du siècle, en été, dans la péninsule ibérique», a complété Luc Feyen, hydrologue au JRC et co-auteur de l’étude.

En parallèle aux effets du réchauffement, il faut s’attendre à des conditions de sécheresse aggravées de 10 à 30% en raison d’un usage accru de l’eau pour l’agriculture et l’industrie, et cela non seulement dans le sud de l’Europe mais aussi dans l’ouest et le centre du continent, et même dans certaines parties du Royaume-Uni. Une bonne raison pour que l’ensemble de l’Union européenne mette rapidement en place une politique d’adaptation efficace.

(1)Revue européenne des géosciences



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus