Sécheresse: le ministère toujours sur ses gardes

Le 20 avril 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 19 avril, la ministre chargée de l’environnement a fait le point sur la situation hydrologique de la France, suite à la réunion du comité national de suivi des effets de la sécheresse.

C'est un ouf de soulagement qu'a dû pousser Nelly Olin à la vue des résultats de pluviométrie des derniers mois en France. Entre le 1er septembre 2005 et le 28 mars 2006, la plus grande partie de l'Hexagone a vu son cumul de précipitations efficaces revenir à la normale. Une situation totalement différente de la situation observée entre le 1er septembre et le 31 janvier 2006 où le cumul pluviométrique n'était satisfaisant que pour le littoral méditerranéen. «La situation est plus encourageante que lors du dernier comité sécheresse (1), mais la situation reste fragile, et dépend toujours des conditions climatiques des prochains mois», a estimé Nelly Olin lors d'une conférence de presse le 19 avril.

En effet, les régions Champagne-Ardenne, Centre, Ile-de-France, l'amont de la Garonne et de la Loire et le bassin du Rhône ont des déficits en pluies efficaces encore très importants. «Cela fait 3 ans que nous faisons face à un manque de précipitations, rappelle Pascal Berteaud, directeur de l'eau du ministère. Certains départements auront fatalement des problèmes cette année.» Les préfectures de l'Oise et du Val-de-Marne ont d'ailleurs déjà publié un arrêté préfectoral réglementant provisoirement l'usage de l'eau.

Pour ces départements, comme ceux qui seront confrontés plus tard dans l'année à la sécheresse, les mesures mises en place dans les bassins victimes de sécheresse devraient être globalement les mêmes qu'en 2005. «L'année dernière, la situation a été parfaitement gérée», a estimé la ministre qui a tenu à saluer le secteur agricole et EDF pour les efforts qu'ils ont consentis.

Au-delà des mesures d'urgence, le ministère travaille à une réduction de la vulnérabilité du territoire national à la sécheresse, dans le cadre du plan de gestion de la rareté de l'eau et du projet de loi sur l'eau qui devrait être débattu à partir du 9 mai à l'Assemblée nationale. Plusieurs amendements gouvernementaux ont été préparés. «Certains sous-bassins ont des déséquilibres structurels, explique Pascal Berteaud. Or, il faut éviter que l'exceptionnel devienne la règle, avec des déficits observés chaque année. Nous voulons faire converger l'offre et la demande». Un objectif qui passe par des mesures d'économie d'eau, mais aussi par une meilleure mobilisation des ressources. Pour cela, Nelly Olin a assuré que le renouvellement des réseaux de distribution d'eau, source importante de fuites, serait une priorité du 9e programme d'intervention des agences de l'eau.



(1) Voir l'article du JDLE «Sécheresse: le gouvernement se limite à la prévention»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus