Sécheresse, l’autre «Big One» qui guette les Etats-Unis

Le 16 février 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les Grandes Plaines
Les Grandes Plaines
DR

Au cours du XXIème siècle, les Etats-Unis ont peu de chances d’échapper à une méga-sécheresse d’au moins trois décennies, d’une intensité jusqu’alors inégalée, prévoient des chercheurs américains dans la revue Science Advances.

Plus intense que tous les précédents épisodes survenus en Californie depuis 12 siècles, la sécheresse qui frappe le Golden State depuis 2012 pourrait bien n’être qu’une mise en bouche de ce qui attend le sud-ouest et les Grandes Plaines des Etats-Unis dans les prochaines décennies. C’est ce qui ressort de l’étude publiée par Benjamin Cook, de l’Institut Goddard d’études spatiales de la NASA à New York, et ses collègues.

Les chercheurs ont évalué le risque de sécheresse dans ces zones déjà arides, y prévoyant l’humidité du sol selon 17 modèles de circulation de l’atmosphère, en fonction de deux scénarios du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec).

D’une part, le RCP4.5, qui prévoit un forçage radiatif [1] en hausse de 4,5 W/m2 d’ici 2100 par rapport à son niveau préindustriel, avec une température accrue de 1,8°C, d’autre part le RCP8.5, avec une augmentation de 8,5 W/m2, selon la tendance actuelle (+3,7°C d’ici 2100).

Dans les deux cas, le sud-ouest et les Grandes Plaines ont de grandes chances de connaître une sécheresse sans précédent, dépassant même en intensité celles qui ont sévi dans cette région entre 1100 et 1300. Une période qui a connu plusieurs longs épisodes à sec, mais moins intenses que celui que connaît actuellement la Californie.

Trois chances sur quatre

Pour le scénario le plus optimiste, le RCP2.5, le risque de sécheresse multidécennale au cours de la période 2050-2100 serait autour de 75% dans les Grandes Plaines, alors qu’il n’était que d’environ 5% sur la période 1950-2000. C’est à peine moins que le scénario RCP8.5, avec lequel les probabilités dépassent tout juste 80%.

«Au cours du XXIè siècle, l’état de sécheresse [dans ces régions] devrait probablement dépasser les épisodes les plus sévères que la région ait connus au Moyen Age, quel que soit le scénario retenu. Ce qui représente un changement climatique fondamental, sans précédent au cours du dernier millénaire», commentent les chercheurs.

Afin de prévoir l’humidité des sols, les experts n’ont tenu compte que de l’augmentation du forçage radiatif. Or la sécheresse risque d’être fortement aggravée par la hausse de la température elle-même, dont les chercheurs n’ont pas tenue compte. Sans oublier l’état déjà préoccupant des nappes phréatiques, en fort déclin dans ces régions.

[1] Le forçage radiatif se définit comme la différence entre d’une part l’énergie radiative, en l’occurrence solaire, reçue d’autre part celle émise par la Terre, une valeur positive correspondant à un réchauffement. Il s’exprime en Watt par mètre carré (W/m2).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus