Scott Pruitt: le détricoteur des lois carbone US

Le 08 décembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Scott Pruitt devrait commencer par réduire à néant le Clean Power Plan.
Scott Pruitt devrait commencer par réduire à néant le Clean Power Plan.
DR

Donald Trump a nommé un juriste climato-sceptique à la tête de l’EPA.

 

Donald Trump est décidément un bluffeur. Tout au long de la campagne électorale, le milliardaire new-yorkais n’avait cessé de tonner contre le réchauffement (invention chinoise) et ceux qui entendent lutter contre. Le président-élu avait toutefois adouci son propos dans un entretien accordé à la rédaction du New York Times.

Sept ans après avoir signé une pétition réclamant un accord mondial sur le climat, le futur 45e président des Etats-Unis reconnaissait l’origine anthropique du changement climatique et assurait qu’il y regarderait à deux fois avant d’ordonner un retrait de l’Accord de Paris.

Agence dispendieuse

A l’évidence, le constructeur de casinos a, une nouvelle fois, changé d’avis. Mercredi 7 décembre, quelques heures après avoir reçu Al Gore, Donald Trump a annoncé la nomination de Scott Pruitt à la tête de l’agence fédérale de protection de l’environnement (EPA). «Depuis trop longtemps et de manière incontrôlée, l'EPA a dépensé l'argent du contribuable pour un programme anti-énergétique qui a détruit des millions d'emplois et nui aussi à nos formidables agriculteurs et beaucoup d'autres entreprises un peu partout», justifie Donald Trump, dans un communiqué.

Guérilla juridique

Agé de 48 ans, le ministre de la justice de l’Etat pétrolier de l’Oklahoma n’est pas, à proprement parler, un défenseur de l’environnement. Ouvertement climato-sceptique, Scott Pruitt a passé l’essentiel de ces dernières années à ferrailler contre les réglementations de l’EPA, justement. Proche des milieux pétroliers (qui ont financièrement soutenu sa dernière campagne électorale), ce fan de base-ball s’est taillé une petite réputation en menant, avec succès, une guérilla contre le projet de réglementation fédérale sur la qualité de l’air: le Clean Power Plan. Une législation dont l’application a déjà été bloquée, en février dernier, par la Cour suprême. Le coup de grâce pourrait lui être porté rapidement. En 2015, le juriste émérite avait aussi bloqué une législation fédérale sur la protection des eaux continentales.

La nomination de Scott Pruitt devra être confirmée par le Congrès, totalement dominé par le parti républicain.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus