Santé des enfants: les routes mises en cause

Le 29 janvier 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Selon un article scientifique paru sur le site internet de The Lancet, une exposition au trafic des grandes routes a des effets négatifs sur le développement des poumons des enfants. Et ce, indépendamment de la qualité de l'air régionale. Selon les auteurs américains et espagnols de l'article, cela pourrait entraîner d'importants déficits des fonctions pulmonaires lors de la vie adulte des enfants.

3.677 enfants d'une moyenne d'âge de 10 ans et vivant dans différentes zones de Californie qui représentent des qualités de l'air variées ont été observés pendant 8 ans. Le fonctionnement de leurs poumons a été régulièrement évalué. Les enfants vivant à moins de 500 mètres (m) d'une route importante ont une force expiratoire maximale de 81 millilitre par seconde (ml/s) inférieure à celle des enfants vivant à plus de 1.500 m, et un débit expiratoire maximum de 127 ml/s inférieur. Soit, respectivement, des déficits de 3 et 6%.

Les calculs des chercheurs ont montré que l'exposition aux grandes routes et à la pollution de l'air régionale ont toutes deux des impacts négatifs et indépendants sur la fonction respiratoire.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus