Santé des agriculteurs: les TMS prioritaires

Le 26 mars 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les troubles musculosquelettiques (TMS) devront être réduits en 2008 dans les secteurs du traitement de la viande et de la volaille ainsi que celui de la viticulture. C'est l'objectif principal affiché par le ministère chargé de l'agriculture dans une note de service datée du 18 mars. Pour cela, les services déconcentrés ont pour mission de repérer au moins 5 entreprises volontaires par région «pour engager des actions d'étude et d'amélioration des postes de travail pour lutter contre les TMS et réaliser des actions pilotes transférables aux autres entreprises de la région».

Le ministère veut également réduire l'exposition des salariés aux poussières de bois, avec l'organisation d'une action spécifique du 1er mars au 31 mai. Les risques liés aux travaux dans les arbres à l'aide de cordes sont également pris au sérieux par le ministère qui rappelle qu'en 2006, le taux de fréquence des accidents du travail était de 80,4 par million d'heures travaillées dans les entreprises de jardinage et paysagères, contre une moyenne de 33,8 pour les autres secteurs du régime agricole et 53,4 dans les entreprises du bâtiment et des travaux publics.

Les risques phytosanitaires ne tiennent que le 4e rang dans les priorités du ministère. Sa stratégie est de sensibiliser les acteurs lors de la vente des produits. Il préconise ainsi une meilleure formation des salariés des coopératives et de négoces agricoles et la mise en place d'un «espace  santé-sécurité» dans chaque point de vente de produits phytopharmaceutiques, pour «communiquer concrètement sur les mesures de prévention préconisées par la réglementation», comme le principe de substitution, le choix des protections collectives, les bonnes pratiques de stockage, etc.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus