Salmonelles: les autocontrôles mis en doute

Le 26 mars 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des tests, certes, mais sans objectif.
Des tests, certes, mais sans objectif.
DR

Aux Etats-Unis, un plan de lutte contre les salmonelles proposé par le département américain à l’agriculture (USDA) se trouve en mauvais posture, critiqué par des congressistes démocrates qui doutent de l’efficacité des autocontrôles.

Ce Salmonella Action Plan a été lancé début décembre, peu après une importante épidémie de salmonellose liée à du poulet produit en Californie par l’entreprise Foster Farms (voir le JDSA). Le bilan a été lourd: 481 malades dans 25 Etats, dont 38% ont dû être hospitalisés –un taux deux fois plus élevé que lors d’autres épidémies de salmonelloses-, mais dont aucun n’est décédé.

Premier axe de ce plan, une modernisation du système d’inspection des abattoirs de volailles, mesure qui selon l’USDA permettrait de prévenir «au moins 4.286 cas» de salmonellose par an aux Etats-Unis. Pas négligeable, mais tout de même un peu léger alors que cette infection alimentaire toucherait chaque année 1,2 million de personnes dans le pays.

Complété d’autres mesures préventives, ce plan ne trouve pour autant pas grâce auprès de certains parlementaires, notamment les démocrates Rosa DeLauro (Connecticut) et Louise Slaughter (New York), très actives dans le domaine de la sécurité des aliments.

Pas d’objectif de tests microbiologiques

Avec 9 de leurs collègues, elles mettent en cause dans un courrier son efficacité, rappelant qu’il est calqué sur le HACCP Inspection Models Project (HIMP), souvent décrié. Son principe: remplacer les inspections officielles par l’autocontrôle des entreprises -comme avec le Paquet hygiène européen.

Or ce plan ne fixe aucune obligation de test microbiologique pour les salmonelles ou pour Campylobacter, principaux pathogènes présents sur la volaille, rappelle Rosa DeLauro sur son site internet. «Etant donné la hausse d’infections antibiorésistantes résultant d’un usage excessif d’antibiotiques dans les élevages, ces tests sont essentiels à tout plan dont l’objectif est de protéger la santé publique», ajoute-t-elle.

Pour les élus, l’USDA doit revoir sa copie, en vue notamment de fixer des objectifs chiffrés de tests microbiologiques.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus