Saison sèche prolongée en Amazonie

Le 23 octobre 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'étude du PNAS s'avère plus alarmante que le rapport du Giec
L'étude du PNAS s'avère plus alarmante que le rapport du Giec

Une nouvelle conséquence du réchauffement climatique vient d’apparaître dans la forêt amazonienne. La saison sèche y dure en effet trois semaines de plus qu’il y a 30 ans, selon une étude publiée le 22 octobre dans la revue américaine Proceedings of the national academy of sciences (Pnas).

 

Selon les scientifiques américains, cet allongement fragilise le versant sud de la forêt, le rendant plus sensible au manque de pluie et au risque d’incendie. Cela augmente les possibilités de libération du CO2 stocké par les végétaux, risquant d’aggraver un peu plus le réchauffement climatique.

 

«Si la saison sèche est trop longue, la forêt ne pourra pas survivre. Alors que l’Amazonie a toujours été un puits de carbone, elle pourrait se transformer en cheminée crachant du CO2 dans l’atmosphère», met en garde Rong Fu, l’auteur principal de l’étude, professeur à la faculté de géosciences d’Austin.

 

En 2005, une forte sécheresse a déjà provoqué une série d’incendies qui ont détruit des milliers d’hectares de la forêt amazonienne.

 

Les conclusions de cette nouvelle étude dépassent les estimations du rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec), qui tablent sur une prolongation de la saison sèche amazonienne de 3 à 10 jours en 2100.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus