Saisie record d’hippocampes au Pérou

Le 24 août 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Non, l'hippocampe ne soigne pas la calvitie.
Non, l'hippocampe ne soigne pas la calvitie.

Plus de 16.000 hippocampes déshydratés voués à l'exportation illégale vers l'Asie ont été saisis jeudi 23 août à Lima. La cargaison, pesant au total environ 163 kilogrammes, a été retrouvée dans trois caisses lors d'une opération policière dans un quartier proche de l'aéroport international de la capitale péruvienne.

En Asie, notamment en Chine, Corée et Japon, ce petit animal marin protégé par la Convention sur le commerce international des espèces sauvages (Cites) est recherché pour ses prétendues qualités médicinales (contre la calvitie, l’asthme) ou aphrodisiaques. La poudre obtenue à partir de l'animal s'y revend environ 6.000 dollars (4.800 euros) le kilo, a indiqué le colonel Victor Fernandez, de la police écologique.

La pêche à l'hippocampe est totalement interdite au Pérou depuis 2004. La pêche d'espèces marines protégées y est passible de deux à cinq ans de prison. Sur l'ensemble de l'année 2011, un total de deux tonnes d'hippocampes vouées à l'exportation ont été saisies par les autorités péruviennes, soit le dixième des saisies mondiales.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus