Saint-Étienne teste un revêtement écologique

Le 19 novembre 2004 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La ville de Saint-Etienne utilise depuis deux semaines un revêtement routier un peu particulier aux abords d'un collège. Végécol a été élaboré avec un liant de nature végétal, et non à base de produits pétroliers. Il est certes un peu plus cher mais peut constituer une alternative viable à terme aux bitumes traditionnels.

La ville de Saint-Étienne a décidé de tester sur une portion de route Végécol, un nouveau liant plus écologique fabriqué par la société Colas. Testé depuis deux ans en laboratoire et sur quelques routes en Bretagne et dans le Jura, ce liant est de nature végétale et ne contient aucun produits bitumineux. Cette sorte de colle destinée à sceller le granulat pour constituer le revêtement est normalement réalisée avec des procédés pétrochimiques. Végécol a été conçu pour posséder les mêmes caractéristiques que le bitume traditionnel. Il est cohésif et adhésif. De plus, il permet de fabriquer des enrobés à des températures plus basses. Ce liant végétal est aussi résistant à l'orniérage et aux hydrocarbures qui pourraient accidentellement se déverser. "C'est un produit en phase de développement. Il peut-être utilisé sur tout type de route. Je pense qu'il trouvera son propre créneau, notamment grâce à sa transparence", explique Michel Ballié, directeur technique France de Colas. Cette caractéristique de Végécol permet ainsi de colorer le revêtement dans plusieurs teintes, alors que le bitume classique ne propose que les couleurs noire ou rouge. Autre possibilité: conserver la couleur naturelle du granulat avec des possibilités d'harmonisation esthétique avec les bâtiments d'un site ou d'une ville.

A Saint-Étienne, le test a été réalisé à l'entrée du collège de Terrenoire, dans le nord de la ville. "Outre l'aspect environnemental, l'idée était surtout de sécuriser la sortie d'un établissement scolaire. La couleur indique en effet clairement aux automobilistes qu'ils sont sur un site inhabituel et qu'ils doivent ralentir", explique Pierre Héritier, conducteur de travaux au département voirie de la ville de Saint-Étienne. Désormais les techniciens stéphanois attendent de voir comment évoluera le revêtement, notamment lors des changements météorologiques. La première observation est immédiate: s'assurer qu'il ne se produit pas de craquellement de la chaussée. Puis une seconde inspection plus poussée aura lieu après l'hiver. L'objectif sera alors d'évaluer si le Végécol résiste à de très basses températures, au roulement des voitures mais aussi aux véhicules de balayage mécanique. Ces appareils sont en effet très performants et pourraient agresser le revêtement.



Une surveillance au terme de laquelle la municipalité décidera d'étendre ou pas le procédé. "Il faut être honnête cela dépendra aussi du prix du pétrole, s'il connaît dans les années à venir une forte baisse, nous allons certainement poursuivre nos achats de liant à base de produits pétroliers", poursuit Pierre Héritier. La hausse du baril a eu des conséquences sur les prix des revêtements à base d'hydrocarbures, ce qui a rendu le Végécol compétitif. C'est d'ailleurs une des raisons qui a poussé la ville à faire ce test. En fait, le liant végétal a entraîné un surcoût relatif pour la commune, comme l'explique Pierre Héritier: "selon mes calculs, il est sept fois plus cher que le liant d'origine pétrolière, mais sur le prix final le surcoût est faible puisque le liant ne constitue que 6% du produit fini". Michel Ballié estime que l'augmentation du prix du pétrole a entraîné une progression de 10 à 15% du prix du bitume. "Si l'inflation du pétrole se poursuit, elle pourrait à terme jouer un effet de levier sur l'utilisation du Végécol", constate le directeur technique de Colas.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus