Saint Barthélemy et Saint-Martin privées d’eau et d’électricité pour longtemps

Le 08 septembre 2017 par Stéphanie Senet et Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le cyclone Jose devrait frôler des îles déjà dévastées par Irma.
Le cyclone Jose devrait frôler des îles déjà dévastées par Irma.
DR

Les installations de production d’eau potable et d’assainissement ont subi de gros dégâts. Elles ne redémarreront pas avant plusieurs mois. Le temps de reconstruire un système électrique désormais hors d’usage.

 

A Saint-Barthélemy et à Saint-Martin, l’accès à l’eau potable ne devrait pas être rétabli avant plusieurs mois, selon le groupe Veolia qui est en charge de la production. Les îles ne disposent d’aucune ressource naturelle en eau douce. Elles sont donc dépendantes des trois usines de dessalement: une à Saint-Martin d’une capacité de 5.000 mètres cubes par jour et deux à Saint-Barthélemy de 2.000 m3. Mais ces installations, situées au niveau de la mer, ont été «particulièrement touchées» par le passage de l’ouragan Irma, classé en catégorie 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson. «Tous les automates et les commandes électriques seraient noyés», précise le communiqué de Veolia. Elles ne peuvent par ailleurs pas fonctionner sans électricité, actuellement coupée sur les deux îles.

 

Un réseau peu endommagé

Le réseau d’eau potable, long de 58 kilomètres, serait pour sa part moins endommagé. Interrogé par le JDLE, le porte-parole du groupe Saur, en charge de la distribution, a affirmé que «les canalisations étant enterrées, elles ont moins souffert, hormis à quelques endroits précis à cause d’arbres déracinés ou de glissements de terrain». «Nous disposons par ailleurs de matériels de remplacement en Guadeloupe et en Martinique», ajoute Christophe Piednoël.

 

Solutions d’urgence

Pour parer à l’urgence, un réservoir de 1.000 m3 est mis à disposition de l’hôpital Gustavia de Saint-Barthélemy, indique le groupe Saur. Mais aucune solution définitive n’a encore été annoncée pour la population. A Saint-Martin, rien n’est encore prévu. Le groupe Veolia réfléchit à des solutions provisoires, comme l’acheminement d’unités mobiles de dessalement pouvant produire quelques dizaines de mètres cubes par jour.

De son côté, le Premier ministre a affirmé qu’une frégate devait arriver ce jour à Saint-Martin pour apporter des vivres et de l’eau.

Enfin, la station d’épuration des eaux usées de Saint-Barthélemy est aussi hors de fonction. Détruite à 80%, elle ne devrait pas redémarrer avant longtemps…

 

Electricité coupée

Leur remise en service implique, en effet, le retour de l’électricité. Coupée elle aussi dans les deux îles depuis le passage d’Irma. Hormis les possesseurs de groupes électrogènes, plus aucun habitant, aucune institution, aucun service public de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin n’a de courant.

Les rafales de vent, de plus de 300 km/h et les vagues monstrueuses provoquées par le passage du plus puissant cyclone jamais observé en Atlantique ont mis totalement à terre le réseau de distribution des deux îles. Devant un tel désastre, EDF SEI (qui gère à la fois production, distribution et commercialisation dans les COM) devra innover.

«Nous aurons sans doute à mettre en place des moyens provisoires, peut-être en utilisant des réseaux électriques posés à même le sol pour desservir en électricité les gens, les installations, les entreprises, et ensuite nous aurons à rétablir le courant définitivement», estimait Jean-Bernard Lévy, PDG du groupe EDF, sur les ondes d’Europe 1.

Cette opération n’est pas encore à l’ordre du jour. Les deux centrales thermiques (fioul), de 56 mégawatts à Saint-Martin et de 34 MW à Saint-Barthélemy, ont subi de lourds dommages et sont arrêtées. «Le diagnostic de la situation est rendu particulièrement difficile en raison des mauvaises conditions d’accès sur place», constate l’électricien.

Et la situation devrait encore se dégrader. José, un nouvel ouragan, classé en catégorie 4, est attendu à proximité des deux îles dans les premières heures de samedi 9 octobre. La Guadeloupe pourrait se trouver aussi sur sa trajectoire, estiment les prévisionnistes de Météo France.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus