Sables bitumineux: Statoil mis en cause au Canada

Le 18 août 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

La compagnie pétrolière norvégienne Statoil reconnaît avoir commis des infractions dans le cadre de son projet d'exploitation de sables bitumineux dans l'Alberta au Canada, rapporte l’AFP le 17 août.
 
Confronté à une diminution des ressources de pétrole conventionnel en mer du Nord, Statoil a entrepris de se diversifier à l'international, en rachetant notamment le canadien North American Oil Sands Corporation en 2007. Les gisements de sables bitumineux de l’Alberta font de la province canadienne l’un des plus importants producteurs potentiels de pétrole du monde, tant ses réserves prouvées sont importantes: c’est donc tout naturellement là que Statoil a décidé de lancer de nouveaux projets.
 
Mais des études scientifiques ont démontré que les installations d’extraction et de raffinage de ces sables polluaient fortement l’environnement, en particulier l’eau (dans le JDLE). Leur exploitation est également responsable d’environ 5% des émissions de gaz à effet de serre canadiennes.
 
Soucieux, le ministre de l'environnement du Canada a présenté le 21 juillet dernier un plan de surveillance intégré des sables bitumineux (dans le JDLE). Parallèlement, un procès s’est ouvert devant le tribunal d'Edmonton.
 
Mise en cause par le gouvernement de la province d'Alberta, la compagnie publique norvégienne reconnaît n’avoir pas respecté toutes les clauses de son permis d'utilisation de l'eau qui lui avait été accordé. En 2008 et 2009, Statoil a notamment détourné plusieurs cours d’eau de leur lit pour construire des routes de glace destinées au transport des équipements sur le gisement.
 
Baard Glad Pedersen, un porte-parole de Statoil, se défend: «On ne parle pas de pollution de l'eau, ni d'utilisation de l'eau à des fins d'exploitation des sables bitumineux». Le projet se réalise via des forages souterrains et ne défigure donc pas de très grandes superficies, et l'eau utilisée pour l'exploitation est recyclée à plus de 90%, ajoute-t-il.
 
Pas moins de 19 infractions sont reprochées à la compagnie, notamment le fait d'avoir fourni des informations fausses ou induisant en erreur. A suivre…


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus