Sabine Buis: le PS doit devenir crédible sur les questions environnementales

Le 02 juillet 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Sabine Buis, nouvelle secrétaire nationale du PS en charge de la transition énergétique, écologique et de la biodiversité
Sabine Buis, nouvelle secrétaire nationale du PS en charge de la transition énergétique, écologique et de la biodiversité

Députée de l’Ardèche, Sabine Buis vient d’être bombardée secrétaire nationale du PS en charge de la transition énergétique, écologique et de la biodiversité. Elle nous dévoile ses priorités.

Les lecteurs du JDLE vous connaissent comme l’un des rapporteurs du projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. Vous êtes désormais secrétaire nationale du PS pour la transition écologique. Comment avez-vous été nommée?

Le poste s’était libéré. J’ai fait savoir rue de Solferino[1] que j’étais disponible. Ce sont des questions que je porte depuis longtemps. Cela s’est fait comme ça, tout simplement.

 

Quelles vont être vos priorités?

Tout d’abord, rédiger la feuille de route écologique du parti socialiste. L’idée, c’est de rendre le PS crédible et légitime sur les questions d’écologie, avant les élections présidentielles. Il faut aussi partager ces concepts. Et pour ce faire, je veux créer une université permanente pour former et sensibiliser les cadres, les militants et les sympathisants. Il n’est plus possible que le PS s’exprime sur ces questions uniquement quand Europe Ecologie-les Verts nous laisse le champ libre.

 

Quand publierez-vous votre feuille de route?

Le 27 août, lors de l’université d’été du PS.

 

Les thématiques que vous mettrez en avant?

L’écologie circulaire, sans aucun doute.

 

C’est dans l’air du temps…

Ce n’est pas ce qui me motive. Je suis membre de l’Institut de l’économie circulaire. Et surtout, ce concept est porteur de tous les changements que notre société doit réaliser pour relever les défis qui se présentent à elle: impacts des changements climatiques, réduction de l’accès aux ressources naturelles. Il y a, de plus, une réelle appétence de la société, des entreprises, des collectivités, pour ce sujet. Cela étant, j’entends aussi poursuivre les combats que j’ai menés lors des discussions sur le projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. Nous devons poursuivre le chantier ouvert sur la fiscalité écologique. Nous devrons aussi accompagner la transformation de notre mix énergétique.

 

Et ouvrir la porte vers la sortie du nucléaire?

Oui, la France devra, à terme, sortir du nucléaire. Même si je ne sais pas précisément où se situe ce terme. Mais les scénarios «renouvelables» de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) nous aideront.



[1] Où siège la direction du parti socialiste.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus