Russie: des incendies précoces dévastent la forêt boréale

Le 26 mai 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le réchauffement accroîtra le risque d'incendie dans la forêt boréale.
Le réchauffement accroîtra le risque d'incendie dans la forêt boréale.
DR

Pas d’exploitation d’hydrocarbures en jeu, mais un colossal réservoir de carbone: la forêt boréale part en fumée particulièrement tôt cette année. Quand le monde a les yeux rivées sur les installations de sables bitumineux canadiennes, la Russie minimise les pertes.

Le 11 mai dernier, les flammes avaient déjà ravagé deux millions d’hectares de forêt boréale. C’est ce que montrent des images satellites prises par la Nasa et analysées par Greenpeace. Quand le monde entier a les yeux rivés sur les incendies en cours depuis plusieurs semaines à Fort Mc Murray, la capitale albertaine de l’exploitation des sables bitumineux, des dizaines de foyers sont actifs dans l’orient russe, près de la frontière chinoise.

Feux précoces

Considérables par leur ampleur, ces feux sont également inquiétants par leur précocité: jusqu’à présent, les forêts s’embrasaient l’été. En août 2010, Moscou était noyé par les fumées. En 2013, la Russie avait perdu 4,3 millions d’hectares (soit le quart des pertes forestières mondiales), essentiellement détruits par les flammes.

Réservoir à carbone

Greenpeace note que l’émergence de feux de tourbières en Sibérie est une (triste) nouveauté. De faibles précipitations, un renouvellement des essences favorables au réchauffement climatique, ainsi qu’une absence de gestion forestière après la chute du Mur expliquent en partie ces embrasements répétés, le plus souvent causés par l’homme. «La fréquence des feux de forêt dans la taïga sibérienne et dans les régions d’Evenki et de Khabarovsk (extrême nord-est) ont augmenté de 30 à 50% depuis deux ou trois décennies», note l’organisation écologiste. Si elle brûle, Vladimir Poutine risque d’avoir du mal à tenir ses engagements d’abattre de 25 à 30% ses émissions anthropiques entre 1990 et 2030 en laissant pousser la forêt boréale, colossal réservoir de carbone.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus