RTE pointe une baisse de la consommation électrique en 2014

Le 28 janvier 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'éolien et le photovoltaïque dépassent désormais le thermique fossile
L'éolien et le photovoltaïque dépassent désormais le thermique fossile

En France, la consommation électrique a de nouveau régressé en 2014, en raison d’une météo particulièrement clémente, selon le bilan annuel publié le 27 janvier par le réseau de transport d’électricité (RTE).

 

2014 étant l’année la plus chaude depuis 1900, la consommation brute d’électricité a diminué de 6% dans l’Hexagone par rapport à 2013, pour s’élever à 465,3 térawattheures. La pointe de consommation a été enregistrée le 9 décembre à 82,5 gigawatts, alors qu’elle avait atteint 102,1 GW le 8 février 2012. Selon RTE, cette baisse s’explique aussi par le déploiement des mesures d’économie d’énergie sur le territoire et par le ralentissement de l’activité économique. Corrigée des aléas climatiques, la consommation électrique n’a toutefois régressé que de 0,4%.

 

Les ENR dépassent le thermique fossile

Les énergies renouvelables ont par ailleurs maintenu leur essor, totalisant près de 20% de la consommation électrique. Pour la première année, la production d’ENR (hors hydraulique) a dépassé la production thermique fossile, qui a diminué de 40% par rapport à 2013 grâce à la fermeture de centrales à charbon et à la mise sous cocon de centrales à gaz. Elle totalise 28 TWh contre 27 TWh pour le thermique fossile.

La clarification du dispositif réglementaire et les incitations économiques ont permis d’augmenter les capacités de production des ENR, qui représentent désormais plus de 9.100 mégawatts de puissance installée pour l’éolien et près de 5.300 MW pour le photovoltaïque.

La production d’origine nucléaire a également grimpé de 3%, couvrant 77% de la production électrique totale. Un résultat qui éloigne l’Hexagone de l’objectif de réduire à 50% sa part dans la consommation électrique en 2025, comme le prévoit le projet de loi sur la transition énergétique, actuellement en discussion au Sénat.

Au final, les émissions de CO2 du secteur électrique ont donc diminué de 40% l’an dernier.

La filiale d’EDF note que, pour la première fois, la consommation des PME/PMI, des professionnels et des particuliers baisse également (-0,5%) alors qu’elle avait progressé pendant une dizaine d’années puis s’était stabilisée en 2013. Au contraire, la consommation de la grande industrie est restée stable, après avoir diminué pendant trois ans.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus