Royaume-Uni: Greenpeace non coupable grâce au changement climatique

Le 15 septembre 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Au terme d'un procès de 8 jours, 6 activistes de l'organisation écologiste Greenpeace ont été innocentés, mercredi 10 septembre, bien qu'ils aient causé 35.000 livres (44.000 euros) de dégâts à une centrale à charbon.

Les jurés de la cour d'assises de Maidstone, dans le Kent, ont blanchi les 6 suspects à l'unanimité. En octobre 2007, ceux-ci voulaient «arrêter» la centrale à charbon de Kingsnorth, dans le sud-est de l'Angleterre.

Plusieurs d'entre eux avaient escaladé la cheminée de 200 mètres et y avaient peint le mot «Gordon», prénom du Premier ministre britannique Gordon Brown.

Les activistes ont expliqué pour leur défense qu'ils luttaient contre le changement climatique, responsable dans le monde de bien plus grandes atteintes à la propriété. C'est la première fois que le changement climatique est invoqué comme «excuse légitime» par la défense devant un tribunal. La loi britannique de 1971 sur les dommages criminels tolère un dommage à la propriété pour prévenir un dégât plus important.

Le changement climatique, en tant qu'excuse légitime, pourrait dorénavant être fréquemment utilisé par les groupes environnementaux.

La centrale à charbon de Kingsnorth émet chaque jour 20.000 tonnes de CO2, soit autant que les 30 pays les moins émetteurs au monde, ont indiqué plusieurs témoins lors du procès. Des personnalités comme le professeur James Hansen, spécialiste mondialement connu du changement climatique, et Zac Goldsmith, ancien rédacteur en chef de la revue The Ecologist, sont intervenues durant le procès.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus