Rome lutte contre le Greenwashing de la Mafia

Le 15 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email



C’est l’un des plus rudes coups que la police italienne ait jamais porté aux réseaux mafieux. S’appuyant sur un rapport d’enquête de quelque 2.400 pages, les autorités transalpines ont procédé, en début de semaine, à de très importantes saisies de biens appartenant à Cosa Nostra (en Sicile) et à la N’Drangheta (Calabre). Selon la Direzione investigativa antimafia (DIA), le montant total des actifs saisis (comptes bancaires, sociétés, terrains, véhicules de luxes, yachts) s’élève à 1,5 milliard d’euros. Du jamais vu ! Autre nouveauté : la police constate que les deux principales branches de la Mafia investissent de nouvelles branches de l’économie verte pour blanchir les revenus de ses activités illicites.

 

Dans certaines régions, la gestion des déchets est, de longue date, aux mains des Parrains. Profitant du boom des énergies renouvelables, ces derniers se sont diversifiés. Parmi les personnes interpellées en début de semaine figure Vito Nicastri, un brasseur d’affaires ayant de gros intérêts dans les énergies éolienne et photovoltaïque. Surnommé le « seigneur du vent », ce quinquagénaire serait propriétaire de plusieurs fermes éoliennes siciliennes et d’usines de fabrication de panneaux photovoltaïques. Pour les enquêteurs de la DIA, il ne serait toutefois que le prête-nom de Matteo Messina Denaro, le capo dei capi (le chef suprême de la Mafia).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus