Robin des bois publie un inventaire de 2.750 sites pollués dans l’Arctique

Le 21 décembre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
«Un plan coordonné de gestion et de réhabilitation des sites pollués en Arctique est indispensable pour préserver les populations autochtones et l’environnement», selon un communiqué de Robin des bois.

L’association environnementale a mis sur pied un inventaire de 2.750 sites pollués dans le cercle arctique après un an de recherche en partenariat avec les services spécialisés au Canada, Etats-Unis, Finlande, Groenland, Norvège, Suède, –mais pas en Russie, le pays n’ayant pas accédé à la demande de l’association.

Dans cet inventaire accessible en ligne, l’association a répertorié, localisé et illustré pays par pays les sites pollués et les principaux polluants mis en cause: hydrocarbures, métaux lourds, amiante, PCB et autres polluants organiques persistants (POP) tels que le DDT. Ces polluants sont issus de bases militaires et scientifiques, de complexes miniers et sidérurgiques ou d’activités telles que la prospection, l’exploitation et la distribution de gaz et de pétrole, ainsi que le stockage de carburants. Leur impact environnemental est d’autant plus fort que les inventaires nationaux ne sont pas exhaustifs, du fait de pratiques douteuses de traitement de ces polluants: «Un mode courant d’élimination des déchets en fûts était de les transporter sur des lacs gelés en hiver en attendant que le dégel de l’été les engloutisse dans les fonds».

Avec le réchauffement climatique, le permafrost et le froid pourraient bientôt ne plus servir de moyen commode et «naturel» de confinement de ces déchets, et accélérer leur dispersion dans l’environnement.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus