Risques : un organisme enfin centralisé

Le 07 mars 2005 par Christine Sevillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
gestion des risques
gestion des risques

Un Conseil national de sécurité civile vient d'être créé. Ce nouvel organisme permettra de réunir tous les acteurs concernés par la gestion des risques industriels et technologiques.

Après des années de tergiversation, le Conseil national de sécurité civile (CNSC) a été institué par le décret du 10 février 2005. Portée par les sapeurs-pompiers, l'idée a été relancée l'été 2003 après des feux de forêt importants, et surtout suite à la polémique sur la canicule qui avait révélé un cloisonnement des informations. Le CSNS doit être le lieu de centralisation de la réflexion et de l'évaluation de l'ensemble des risques auxquels peut être confronté le territoire, comme les risques industriels, technologiques, sanitaires, incendie, et ceux qui sont liés plus généralement à la vie quotidienne.

Pluridisciplinaire, le Conseil rassemble cinq collèges représentant l'Etat, les élus, les acteurs de la protection des populations et des opérateurs de services publics, des personnalités qualifiées, et des organismes experts. "Cet organisme permettra de rapprocher et confronter des travaux et des points de vue qui n'avaient pas l'habitude de l'être, comme ceux de Météo France, de l'Institut de veille sanitaire (INVS), de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), du Bureau des ressources géologiques et minières (BRGM), de l'Agence française de sécurité sanitaire et environnementale (Afsse) ou du Conseil supérieur de l'hygiène publique", explique Jean-Pierre Pétiteau, chef du bureau de la réglementation incendie et des risques pour le public au ministère de l'Intérieur. Il est surtout destiné à améliorer la coordination de la prévention et la communication préalable des acteurs concernés et des citoyens. "Il pourra au besoin jouer sur les aspects opérationnels", poursuit Jean-Pierre Pétiteau.

Les premiers travaux porteront notamment sur le rôle du directeur de la défense et de la sécurité civile, du directeur des pollutions du ministère chargé de l'environnement, des élus, des opérateurs qui ont des compétences environnementales, du représentant des assurances, mais aussi du délégué pour la justice et permettront de mener une réflexion sur les responsabilités en cas d'accident. La désignation des membres du comité est en cours, comme les premiers thèmes qui seront à l'ordre du jour en 2005.

Le budget de fonctionnement est de l'ordre de 100.000 euros pour 2005 (frais de déplacement, logistique, etc). "Nous espérons que l'équipe sera opérationnelle avant septembre 2005. Elle va commencer ses travaux cette année mais les résultats ne seront visibles que dans quelques années", conclut Jean-Pierre Pétiteau. Le CNSC devra rendre, chaque année, au gouvernement un rapport d'évaluation sur les différentes problématiques et un rapport d'activité.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus