Risques liés à la présence de mycotoxines dans l'alimentation humaine et animale : avis de l'Efsa

Le 04 septembre 2014 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 28/08/2014 par Helene Raoult


Substances indésirables > Contaminants
 
Le 7 août 2014, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a publié un avis relatif aux risques liés à la présence de mycotoxines et plus particulièrement de beauvéricine et enniatines dans l'alimentation humaine et animale.
Les recherches de l'Efsa ont surtout porté sur : 
- l'identification des matières premières qui pourraient être considérées comme des sources de beauvéricine, enniatines et leur niveau de contamination ;
- l'identification des populations et espèces animales à risques ;
- l'exposition chronique et aigüe à ces mycotoxines.
Les résultats d'analyses ont révélé que ces mycotoxines sont principalement présentes dans les céréales et les produits à base de céréales mais peuvent également être présents dans les fruits secs, les grains de café ou les pâtes.
Par ailleurs, selon les analyses de l'Efsa, les jeunes enfants sont en général le groupe d'âge le plus exposé au niveau alimentaire à la fois à la beauvéricine et l'enniatines.
S'agissant des espèces animales, les volailles sont les plus concernées par ces mycotoxines.
L'Autorité a conclu que les résultats obtenus pour l'exposition aigüe à la beauvéricine et l'enniatines ne sont pas préoccupantes pour la santé humaine. Il pourrait y avoir une préoccupation à l'égard de l'exposition chronique, mais aucune conclusion définitive n'a pu être tirée. 
S'agissant des animaux, l'Efsa a conclu que les effets néfastes aigus d'aliments contenant beauvéricine et enniatines est peu probable pour les animaux d'élevage et les animaux de compagnie dans le cadre des pratiques d'alimentation actuelles. 
 
Cependant, l'Efsa recommande la mise en place d'autres enquêtes sur le sort des beauvéricine et enniatines lors de la préparation de produits à base de céréales (surtout le pain et les petits pains, de la boulangerie fine et les pâtes). Une étude doit être faite afin d'étudier, les effets sur la santé notamment sur les systèmes nerveux, immunitaire et endocrinien, la reproduction et le développement susceptibles de résulter d'une exposition répétée par ces mycotoxines.
 
Pour rappel, l'annexe du règlement (CE) n° 401/2006 du 23 février 2006 portant fixation des modes de prélèvement d'échantillons et des méthodes d'analyse pour le contrôle officiel des teneurs en mycotoxines des denrées alimentaires, précise, entre autres, que les contrôles officiels des teneurs en mycotoxines sont réalisés conformément aux dispositions du règlement (CE) n° 882/2004 du 29 avril 2004 relatif aux contrôles officiels effectués pour s'assurer de la conformité avec la législation sur les aliments pour animaux et les denrées alimentaires et avec les dispositions relatives à la santé animale et au bien-être des animaux.
 
 
 
 
 
 
 
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus