Risques des phytosanitaires chez les agriculteurs

Le 31 mars 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
agriculteur
agriculteur

La Mutualité sociale agricole (MSA) va diligenter la plus grande enquête jamais réalisée sur l'impact sanitaire des phytosanitaires sur les agriculteurs. Objectif: mieux prévenir les risques de cancers. Mais ces produits provoquent aussi des troubles ponctuels, comme le montrent les résultats de la veille toxicologique.

La Mutualité sociale agricole (MSA) a annoncé, mercredi 30 mars, le lancement d'une grande enquête sur les liens entre cancers et activités agricoles, et notamment l'utilisation des produits phytosanitaires. L'étude Agrican va être menée avec le Groupe régional d'étude sur le cancer (Grecan), le Laboratoire santé travail environnement (LSTE) et les registres des cancers. Elle va se concentrer sur près de 600.000 agriculteurs dans 12 départements (1) et tenter de recenser tous les cancers même s'ils sont peu fréquents. La MSA espère tout de même en suivre 80.000 sur plusieurs années.

Il s'agit d'une étude de grande ampleur mais nécessaire puisque la plupart des connaissances actuelles sur les cancers dans les professions agricoles proviennent des études nord-américaines et scandinaves. A la MSA, on remarque que les agriculteurs sont moins touchés par les cancers en raison de la faible consommation de tabac, mais qu'ils sont victimes de cancers particuliers comme les cancers de la prostate et de l'estomac, les hémopathies malignes (leucémies, lymphomes malins, myélomes), les cancers cérébraux ou cutanés et les sarcomes des tissus mous. Les premiers résultats seront connus en 2008 pour les cancers les plus fréquents et pour les professions agricoles dont les risques sont clairement identifiables, et en 2015 pour les cancers plus spécifiques.

Les phytosanitaires sont un problème constant des agriculteurs comme le montrent les résultats du dispositif de surveillance de la MSA sur les conséquences sanitaires de ces produits et leur prévention. Ils sont à l'origine de douleurs chez l'utilisateur comme des irritations cutanées, des nausées ou des maux de tête. Créé en 1991, le réseau de toxico vigilance agricole est devenu l'an dernier Phyt'Attitude. L'organisme a constaté notamment qu'un professionnel sur cinq se plaint de troubles liés à l'utilisation de produits phytosanitaires.

Entre janvier 2002 et décembre 2003, la MSA a recensé 238 dossiers de signalement des agriculteurs et dans les deux tiers des cas, l'expertise toxicologique a mis en cause les phytosanitaires dans les maux ressentis par les plaignants. Les insecticides ont été en cause pour 33% des cas, les fongicides pour 31% et les herbicides pour 23%. Les produits toxiques ont été la cause de troubles dans 24% des signalements alors qu'ils ne représentent que 3,5% des produits répertoriés dans l'index phytosanitaire de l'Association de coordination technique agricole (Acta). Par ailleurs, les réglementations européennes ont permis le retrait de 800 substances actives. Fait marquant: les viticulteurs et les céréaliers sont davantage touchés ( 36% des cas). Il semble que cela est dû aux pulvérisations à partir de tracteurs sans cabine pour les viticulteurs, et aux surfaces importantes qui nécessitent de grandes quantités de produit pour les céréaliers. L'hospitalisation a été nécessaire dans 22% des dossiers.



(1) Calvados, Doubs, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Isère, Loire-Atlantique, Manche, Somme, Tarn, Vendée, Gironde, Côte d'Or.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus