Risques associés à la phénylbutazone dans la viande de cheval

Le 21 mars 2013 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 11/03/2013 par Alda Leung

Substances indésirables > Contaminants

Dans un communiqué 7 mars 2013, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) annonce avoir été saisie par la Commission européenne afin de réaliser une évaluation conjointe avec l'Agence européenne des médicaments (EMA) sur les risques pour la santé humaine associés à la présence de résidus d’anti-inflammatoire phénylbutazone dans la viande de cheval. 

Suite à l'identification de produits à base de viande bovine contaminés par de la viande de cheval et à la découverte de phénylbutazone dans certaines carcasses de cheval destinées à la chaîne d’approvisionnement alimentaire, l'Efsa et l'EMA devront formuler un avis scientifique, d'ici le 15 avril 2013, sur :
- tout risque potentiel pour les consommateurs lié à la présence de résidus de phénylbutazone dans la viande de cheval ;
- le risque posé par la consommation de viande de cheval en soi ;
- le risque associé à d’autres produits illégalement contaminés par de la viande de cheval.
Par ailleurs, l'Efsa et l'EMA "ont été invitées à recommander, le cas échéant, si des mesures de contrôle additionnelles seraient nécessaires pour minimiser tout risque identifié".
 
A noter le communiqué précise que "l’utilisation de phénylbutazone n’est pas autorisée pour le traitement d’animaux destinés à la chaîne d’approvisionnement alimentaire humaine. Toute présence de cette substance dans des aliments d'origine animale résulte donc d’une utilisation illégale de carcasses de chevaux traités".
 
Pour rappel, une recommandation de la Commission européenne n° 2013/99/UE du 19 février 2013 relative à un plan de contrôle coordonné en vue d’établir la prévalence de pratiques frauduleuses dans la commercialisation de certains produits alimentaires, a été publiée au JOUE L 48 du 21 février 2013. "Celui-ci prévoit notamment un programme de tests destinés à détecter la phénylbutazone dans la viande de cheval, qui prévoit le prélèvement d’un échantillon pour 50 tonnes de viande de cheval. Chaque État membre est tenu de réaliser un minimum de cinq essais, dont les résultats doivent être transmis régulièrement à la Commission".
 
Sources : Communiqué de l'Efsa, "Les agences de l'UE rendront un avis sur les risques associés à la phénylbutazone dans la viande de cheval3? du 7 mars 2013
 
 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus