Risque «Nano»: l'Allemagne commande une étude sanitaire à BASF

Le 15 mai 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le siège de BASF à Ludwigshafen
Le siège de BASF à Ludwigshafen

Le gouvernement allemand annonce en grande pompe, aujourd’hui 15 mai, le lancement d'une étude sur les dangers pour la santé humaine des nanoparticules. L’étude va être réalisée par le numéro un mondial du secteur de la chimie, BASF.

Les nanomatériaux, ces composés de taille «nano» aux propriétés physiques particulières, font miroiter une multitude d'applications possibles aux industriels, du textile à la construction en passant par les produits de grande consommation. Cependant, on connaît encore mal les effets potentiels sur la santé.

«Des études à long terme doivent permettre de rechercher les possibles effets à long terme des nanoparticules sur les poumons», explique le ministère fédéral de l'environnement dans un communiqué.

«Ce projet sur 4 ans devrait coûter 5 millions d'euros au total et donnera à l'Allemagne un rôle dirigeant dans la recherche sur la sécurité des nanomatériaux», déclare Norbert Röttgen le ministre de l'environnement.

«Il n'existe aucune autre étude comparable de cette ampleur sur les effets des nanomatériaux», explique de son côté Andreas Kreimeyer, responsable de la recherche chez BASF.

Ces recherches, réalisées en vertu des règles publiées par l'OCDE, doivent notamment permettre de déceler de potentiels effets nocifs d'une exposition à de faibles doses de nanoparticules, permettant ensuite de fixer des seuils maximaux d'exposition.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus