Rio+20: un rapport d’information du sénat pour un «nouveau monde»

Le 30 mai 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Laurence Rossignol a présidé le groupe de travail "Négociations internationales Climat Environnement"
Laurence Rossignol a présidé le groupe de travail "Négociations internationales Climat Environnement"

Trois semaines avant l’ouverture de la conférence des Nations unies sur le développement durable, Rio+20, un rapport d’information a été présenté ce 30 mai par la sénatrice socialiste de l’Oise Laurence Rossignol, au nom de la commission du sénat dédiée au développement durable, aux infrastructures, à l’équipement et à l’aménagement du territoire.

Au fil de ses 114 pages, le document note la faillite du système actuel de production et de consommation et plaide pour un nouveau modèle de développement. Selon Laurence Rossignol, «il n’y aura pas de perspectives environnementales avec les fondamentaux du libéralisme, pas d’écologie sans régulation ni intervention étatique».

Intitulé «Rio+20: l’émergence d’un nouveau monde», le rapport d’information propose 16 recommandations à mettre en œuvre à l’occasion de la conférence internationale. Certaines d’entre elles font désormais l’unanimité au sein de la société civile française, comme la transformation du Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue) en une agence spécialisée dotée d’un organe coercitif ou d’inspectorat, le renforcement du Conseil économique et social (Ecosoc) de l’ONU par l’ajout d’un pilier environnemental, le passage à un modèle de développement moins consumériste et plus économe en ressources naturelles, la préservation et la gestion durable des océans, la mise au point d’indicateurs de progrès du développement durable, ou encore la reconnaissance d’un droit à l’eau universel et d’un accès de tous à l’assainissement.

Plus originales, certaines propositions visent la mise en place d’investissements agricoles sécurisant l’approvisionnement alimentaire, la mention de la sécurité sanitaire dans le document final de la conférence, la création d’un statut dédié aux déplacés environnementaux, ou encore la reconnaissance du principe de non-régression du droit de l’environnement dans les législations nationales afin d’empêcher tout recul.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus