- 

Rhône-Alpes: les Cov associés à un faible risque de cancer

Le 02 février 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Certains composés organiques volatiles (Cov), polluants de l’air générés par les industries et le transport, seraient associés à un risque accrû de cancer, selon une étude (1) conduite par l’Institut de veille sanitaire (InVS).
La Cellule interrégionale d’épidémiologie (Cire) de Rhône-Alpes, antenne de l’InVS, a conduit une étude en partenariat avec l’association de surveillance de la qualité de l'air Atmo Rhône-Alpes, afin de mesurer les concentrations atmosphériques de trois familles de polluants (Cov, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et métaux lourds) et d’estimer les risques sanitaires associés dans trois zones en Rhône-Alpes. «Nous avons ciblé 37 polluants non réglementés pour la qualité de l’air ambiant et rarement mesurés», souligne Marielle Schmitt, épidémiologiste au Cire de Rhône-Alpes et auteure du rapport.
Globalement, les concentrations en polluants se sont montrées moins élevées que prévu. «La réduction des émissions industrielles au cours de ces dernières années pourrait l’expliquer», estime l’épidémiologiste. Dans les zones d’étude, les expositions aux métaux lourds et HAP ne constituent pas une problématique et seule l’exposition au formaldéhyde pourrait induire des irritations des yeux, du nez et de la gorge.
En revanche, l’exposition à certains Cov (2) serait susceptible de générer un risque cancérogène accru, mais faible. «Dans une population de 100.000 personnes, un seul cancer supplémentaire serait lié à l’exposition aux Cov, un chiffre négligeable par rapport au nombre élevé de cancers recensés dans la population générale», explique Marielle Schmitt.
Cette étude appelle la mise en œuvre de mesures de réduction prioritaires des émissions des Cov et du formaldéhyde.

(1) «Evaluation des risques sanitaires associés à l’inhalation de composés organiques volatiles, métaux lourds et hydrocarbures aromatiques polycycliques autour de trois zones multi-émettrices en Rhône-Alpes» (mis en ligne le 27 janvier 2009)
(2) Chlorure de vinyle monomère, benzène, 1,3-butadiène, tétrachloroéthylène, acétaldéhyde, formaldéhyde et 1,2-dichloroéthane


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus