RGGI: un marché du carbone efficace

Le 30 juillet 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
167 centrales thermiques sont assujetties au marché du carbone nord-américain
167 centrales thermiques sont assujetties au marché du carbone nord-américain

C’est le premier marché du carbone qui voit le jour en Amérique du Nord. Et il n’est pas le moins efficace, comme en témoigne un bilan, publié mercredi 29 juillet par le consultant Acadia Center.

 

Depuis 2009, année du lancement de la RGGI[1], les émissions des 167 centrales thermiques assujetties au dispositif sont passées, en moyenne, de 110 millions de tonnes de CO2 par an à 86 Mt/an. Rapide, cette chute des émissions a contraint le régulateur du marché à abaisser de 45% le plafond de quotas distribués en 2014, pour éviter un effondrement des prix.

 

Une opération qui pourrait devoir être renouvelée. L’an passé, les émissions réelles ont été inférieures de 5% aux limites fixées. En cause: le passage du charbon au gaz. Au début des années 2000, les centrales des 9 Etats du nord-est produisaient autant de courant à partir du charbon que du gaz naturel (environ 80 térawattheures par an pour chacune des énergies). Désormais, les centrales au gaz injectent une centaine de TWh d’électrons par an, contre une trentaine pour les installations consommant du charbon.

 

Avec des bénéfices à la clé. Entre 2009 et 2014, les émissions de dioxyde de soufre, d’oxydes d’azote et de mercure ont respectivement baissé de 85%, 37% et 43%. Diminuant du même coup les dépenses sanitaires de près de 11 milliards de dollars (10 Md€), estime Acadia Center.

 

Les prix du gaz étant à la baisse outre-Atlantique, les coûts de l’électron ont eux aussi diminué (de 2% en moyenne entre 2008 et 2014) dans les Etats de la RGGI, malgré les investissements consentis par les compagnies d’électricité.

 

D’un autre côté, la mise aux enchères des quotas a permis aux Etats de financer des opérations d’amélioration de l’efficacité énergétique et des centrales à énergies renouvelables. Depuis 2009, les clients des électriciens ont ainsi économisé 18 TWh. Et la production du parc d’éoliennes, de centrales hydroélectriques et à biomasse s’est accrue de 3 TWh/an.

 

 



[1] La RGGI (Regional Greenhouse Gas Initiative) est un marché de quotas d’émission de gaz à effet de serre auquel participent le Connecticut, le Maryland, le Delaware, l’Etat de New York, le Vermont, Rhode Island, le Massachusetts, le New Hampshire, le Maine.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus