Revers climatique pour Donald Trump

Le 10 janvier 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Terry McAuliffe, le gouverneur de la Virginie va taxer les émissions de CO2 de ses électriciens.
Terry McAuliffe, le gouverneur de la Virginie va taxer les émissions de CO2 de ses électriciens.
DR

Pendant que le régulateur de l’énergie refuse de soutenir le charbon, deux nouveaux Etats tarifient les émissions de carbone.

 

Décidément, le climato-scepticisme du président américain fait de moins en moins d’adeptes. Après les réactions de nombreux Etats fédérés, dont la Californie, la bronca de très nombreux dirigeants d’entreprise, les diatribes lancées par des dirigeants d’investisseurs, au tour du régulateur des marchés américains de l’énergie de se mettre en travers du locataire de la Maison blanche.

Accès au réseau

Dans une décision adoptée à l’unanimité de ses 5 commissaires (dont 4 nommés par l’administration Trump), la commission fédérale de la régulation de l’énergie (Ferc) a rejeté, lundi 8 janvier, une proposition inédite du secrétaire à l’énergie visant à soutenir certaines compagnies d’électricité. Rick Perry demandait à la Ferc d’octroyer des tarifs avantageux d’accès au réseau de transport d’électricité aux producteurs d’électricité exploitant des centrales au charbon ou des réacteurs nucléaires.

21 GW au tapis

Dans leur décision, les commissaires estiment qu’une telle mesure n’aurait aucun effet sur la résilience des réseaux de lignes à haute tension et qu’il convient donc de la rejeter. Une décision logique: en novembre dernier, le gendarme de l’énergie US estimait que 74 centrales au charbon américaines allaient fermer d’ici à 2020, réduisant de 21 gigawatts électriques (GWe) la capacité installée nationale.

Washington et Virginie

Une mauvaise nouvelle ne volant jamais seule, le gouverneur de l’Etat de Washington a annoncé, mardi 9 janvier, son intention de mettre en place une taxe carbone sur les émissions des centrales électriques et celles des voitures. D’un montant de 20 dollars la tonne (16,7 €), cette taxe sera mise en œuvre le 1er juillet 2019 et augmentera de 3,5% par an (en plus de l’inflation). Si la proposition de loi est votée par le parlement de l’Etat, les deux tiers du produit de la taxe seront affectés à des programmes de réduction d’émission de gaz à effet de serre et d’aides à la rénovation énergétique des logements. Le même jour, le parlement de l’Etat de Virginie adoptait un texte de loi autorisant le gouverneur à demander l’adhésion du Vieux Dominion à la RGGI, le marché du carbone du nord-est des Etats-Unis.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus