Retour dans le vert pour Engie

Le 08 mars 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La directrice générale, Isabelle Kocher, et Judith Hartmann, directrice générale adjointe, en charge des finances.
La directrice générale, Isabelle Kocher, et Judith Hartmann, directrice générale adjointe, en charge des finances.
Engie

Le groupe d’énergie renoue avec des résultats positifs. De quoi intéresser le gouvernement qui prévoit de se désengager du capital de l’énergéticien pour financer un fonds d’innovation.

 

Après deux années de pertes, l’énergéticien redevient bénéficiaire. Le groupe dirigé par Isabelle Kocher a présenté, le 7 mars, des résultats encourageants. A 65 milliards, le chiffre d’affaires progresse seulement de 0,3% par rapport à 2016.

13 milliards de cession

L’énergéticien a dégagé un bénéfice avant impôts, intérêts et amortissements (Ebitda) de plus de 9 milliards et un résultat net de 1,4 milliard, contre 400 millions de pertes en 2016. Avec plus de 13 milliards de cession (sur les 15 milliards prévus à l’horizon 2018) en deux ans, le groupe poursuit son désendettement. Le montant de sa dette est désormais inférieur à 21 milliards, en baisse de 10%.

22 milliards d’investissements

«Ces bons résultats confirment la pertinence de la stratégie», a commenté la directrice générale. Présentée en février 2016, celle-ci prévoit la sortie d’activités décarbonées (pétrole américain, GNL, centrales au charbon), la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables et de gaz naturel, de grandes infrastructures et services à l’énergie. Le groupe avait annoncé 22 milliards d’investissements: près de 15 ont déjà été réalisés.

bon augure

Salués par les marchés (le cours de l’action a bondi de 4%), les bons résultats de l’ancien GDF Suez sont aussi de bon augure pour le gouvernement. Lors de la présentation des résultats, Isabelle Kocher a confirmé que l’Etat prévoyait de céder une partie de ses participations (24,1%).

en attendant le Pacte

Cette modification dans la répartition du capital implique une modification de la loi. Celle-ci pourrait être réalisée à l’occasion du vote de la loi ‘Pacte’. La première mouture de ce plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises devrait être rendue publique à la fin du mois d’avril.

technologies de rupture

Conformément à un engagement présidentiel, l’Etat doit céder une partie de ses actifs pour alimenter un fonds pour l'innovation, à hauteur de 10 milliards d’euros. Les 200 à 300 millions de dividendes annuels générés par ce fonds financeront la recherche et le développement de technologies de rupture.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus