Responsabilité d'une commune pour pollution d'un ruisseau due aux rejets des eaux usées

Le 01 juin 2006 par Mickaël Joguet, Envirodroit.net pour le JDLE
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans une décision du 20 avril 2006, la cour administrative d'appel de Lyon a décidé que les nuisances dues au rejet dans le ruisseau, sans traitement préalable, des eaux usées du village par le réseau unitaire communal "sont de nature à engager la responsabilité de la commune du fait de la présence de l'ouvrage public constitué par ce réseau unitaire".

Depuis une dizaine d'années, le ruisseau qui traverse la propriété de M. X est affecté d'une pollution, causant notamment une nuisance olfactive, imputable pour partie au rejet, sans traitement préalable, des eaux usées du village par le réseau unitaire communal.

Selon la cor d'appel, les nuisances causées par cette pollution sont de nature à engager la responsabilité de la commune du fait de la présence de l'ouvrage public constitué par le réseau unitaire. Ce réseau capte les eaux du village situé en amont de la propriété de M. X, celui-ci est donc considéré comme un tiers et non comme un utilisateur.

Pour atténuer sa responsabilité, la commune cherche à démontrer que M. X a commis une faute car :
- il n'a pas assuré l'entretien normal du ruisseau et que les eaux usées de sa propriété s'y déversent ;
- il s'est installé en toute connaissance de cause.

Cependant, la cour ne retient aucune faute à l'encontre de M. X. En effet, elle précise que :
- le défaut d'entretien du ruisseau par M. X n'est pas à l'origine de la pollution constatée ;
- rien ne prouve que le ruisseau était déjà pollué lorsque M. X a acquis sa propriété.

La cour considère que le préjudice subi par M. X est anormal et spécial. Par conséquent, elle condamne la commune à lui verser une indemnité de 7 500 euros. De plus, la commune devra lui verser chaque année une somme de 300 euros tant qu'elle n'aura pas effectué les travaux nécessaires pour mettre fin aux nuisances. Les frais d'expertise exposés par M. X et non compris dans les dépens, soit la somme de 1 500 euros, devront également lui être remboursés par la commune.

Dans cette affaire, on se trouve dans un cas de responsabilité administrative pour risque car les atteintes directes sont dues au fonctionnement normal d'un ouvrage public. Le régime de réparation de ces dommages diffère selon que la victime a, par rapport à l'ouvrage, la qualité de tiers ou d'usager. En matière de pollution des eaux le caractère anormal et spécial du préjudice est presque systématiquement admis, tout comme en matière d'innondations.



Source : Cour administrative d'appel de Lyon, 20 avril 2006, n° 00LY00088






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus