Résidus de médicaments: la douche et le bain sont aussi en cause

Le 23 mars 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Prendre une douche, un bain ou encore laver son linge représentent des sources potentiellement importantes, mais encore mal reconnues, de pollution via le rejet de produits pharmaceutiques, ont rapporté des scientifiques lors de la 239e réunion de la Société chimique américaine (ACS) le 24 mars.

L’analyse d’une centaine d’études par des chercheurs de l’université américaine de Touro (Nevada) a démontré que les résidus de médicaments dans l’eau et l’environnement ne proviennent pas uniquement des rejets humains dans les toilettes (fèces, urine), comme le pensaient jusqu’à présent scientifiques et experts, mais également des eaux usées du bain, de la douche et du lave-linge. Les polluants sont issus de médicaments appliqués sur la peau (crèmes, lotions, gels ou patchs cutanés) ou évacués par la transpiration et drainés ensuite par l’eau de lavage. Ils comprennent notamment des hormones stéroïdes (cortisone et testostérone), des antibiotiques et des psychotropes.

De surcroît, par cette voie, les résidus des médicaments arriveraient dans l’environnement sous une forme potentiellement plus dangereuse que ceux issus d’excréments humains, car ceux-là sont déjà métabolisés par l’organisme.

Les chercheurs recommandent donc aux consommateurs d’utiliser de façon économe et sur une durée limitée de tels médicaments à application cutanée, et appellent les industriels à revoir la conception de leurs produits afin de minimiser ces rejets dans l’environnement.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus