Réseau d’eau potable: la Guadeloupe au pied du mur

Le 22 janvier 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Mauvais état du réseau oblige, les coupures d'eau sont fréquentes en Guadeloupe
Mauvais état du réseau oblige, les coupures d'eau sont fréquentes en Guadeloupe

La Guadeloupe va investir 71 millions d’euros d’urgence pour rénover son réseau d’eau potable, où le taux de fuite atteint 50%, avec des coupures fréquentes.

 

Réclamés de longue date par les élus insulaires, des investissements d’urgence vont être réalisés sur le réseau d’eau potable. Les 6 communautés d’agglomération ont estimé à 71 M€ les besoins prioritaires. Premier à réagir, le conseil régional a doté ce plan d’action d’une enveloppe de 30 M€. Reste au département, à l’Etat et aux agglomérations d’annoncer leurs contributions.

Très vétuste, le réseau actuel affiche un taux de fuite de 50% contre une moyenne de 20% en France. «Il pâtit d’un défaut d’entretien qui remonte à 40 ans au moins. Le réseau comporte encore des portions amiantées et des portions de plus de 60 ans, sur lesquelles les tuyaux ne supportent plus la pression. C’est pourquoi les coupures sont fréquentes à ces endroits et ont nécessité la mise en place de tours d’eau», explique au JDLE Ruddy Blonbou, directeur adjoint du cabinet de la région.

Nouvelle maîtrise d’ouvrage

En Guadeloupe, la décrépitude du réseau est à mettre au débit des collectivités, qui refusaient jusque-là de prendre en charge sa réparation, jugée très coûteuse. Le département a toutefois déjà lancé un plan de travaux doté de 40 M€ selon sa présidente Josette Borel-Lincertin. Pour mettre fin à ce flou artistique, le président de la région a proposé, le 18 janvier, que «la maîtrise d’ouvrage des travaux soit portée par la région et le département». Une compétence exercée en maîtrise déléguée avec les communautés d’agglomération, qui sera officialisée le 1er février.

De son côté, le groupe Saur assure que son approvisionnement en eau potable est réalisé sans tours d’eau. Il concerne 4 communes insulaires: Pointe-Noire, Bouillante, Vieux-Habitants et Vieux-Fort. Il ne précise toutefois pas le taux de fuite.

Trois priorités pour 2018

Trois priorités pour 2018 ont d’ores et déjà été dégagées le 19 janvier, selon un communiqué de la région. A Basse-Terre, la canalisation en aval de l’usine sera remplacée sur 4,5 kilomètres. Les réseaux de distribution seront également rénovés dans deux quartiers, avec création de réservoirs et de suppresseurs. Enfin, les canalisations des quartiers en aval du réservoir de Grand Camp seront remplacées sur 7 km.

Saint-Martin mal en point / Le passage de l’ouragan Irma, en septembre dernier, a aggravé la situation à Saint-Martin (indépendante de la Guadeloupe depuis 2007), où deux tiers seulement de la population a retrouvé un accès à l’eau potable. «Le réseau a été largement touché et certaines canalisations qui étaient déjà vieillissantes sont quasi irréparables», avait précisé la ministre des Outre-mer Annick Girardin le 11 octobre, à l’issue d’un conseil interministériel pour la reconstruction de Saint-Martin, qui s’est tenu à Matignon.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus