Réouverture d’Orly, les militants sont sur la piste

Le 26 juin 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Plusieurs militants et un journaliste ont été placés en garde à vue.
Plusieurs militants et un journaliste ont été placés en garde à vue.
Extinction Rebellion France

Ce vendredi 26 juin, des militants écologistes se sont introduits sur les pistes de l’aéroport de Paris-Orly pour demander la suppression des vols intérieurs.

 

La réouverture de l’aéroport d’Orly (sud de Paris) a été quelque peu mouvementée. Une vingtaine de militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion (XR) se sont introduits sur une piste en passant par une clôture située sur la commune de Wissous (Essonne). Résultat : une interruption momentanée de l’activité de l’aéroport.

Plus de vols intérieurs

Les activistes ont empêché le décollage d’un avion Air Corsica. Ils réclamaient l'arrêt du trafic aérien intérieur et ont déployé des banderoles : « Sauvons les vivants, pas les avions » ou « 15 milliards pour relancer la catastrophe ». Une référence au plan de relance de l’aéronautique annoncé par le Gouvernement, mardi 9 juin, et plus particulièrement à une clause demandant l’arrêt des vols intérieurs de moins de 2 h 30 quand une alternative en train existe.  

Trop peu ambitieux selon le mouvement. « Le Gouvernement essaie de faire une opération de com' sur l'interdiction de quelques vols intérieurs mais, en même temps, il finance à coup de milliards d'argent public la relance de l'industrie aéronautique. Quelle est la logique ? » Les écologistes appellent à l’interdiction de tous les vols intérieurs.

Quinze personnes, dont un journaliste de Reporterre, ont été placées en garde à vue pour «entrée en zone réservée» et «dégradations», rapporte l’AFP. Le groupe ADP a assuré qu'il porterait plainte. «L'exploitation aéroportuaire a été brièvement interrompue. Les opérations aériennes ont pu reprendre en toute sécurité sur les autres pistes de l'aéroport, en pleine coordination avec les services compétents de l’Etat», a-t-il indiqué.