Rentable, l’abattage de dromadaires australiens?

Le 08 janvier 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
10.000 dromadaires australiens vont être abattus en 5 jours.
10.000 dromadaires australiens vont être abattus en 5 jours.
DR

Un consultant australien propose de générer des crédits carbone pour chaque dromadaire abattu.

C’est aujourd’hui que débute l’une des plus importantes campagnes de régulation de dromadaires sauvages en Australie. Décidée par le comité exécutif des territoires de l'Anangu Pitjantjatjara Yankunytjatjara, territoire de 100.000 km2 géré par les aborigènes d’Australie-méridionale, cette opération vise à tuer 10.000 animaux en 5 jours. Elle sera réalisée par des tireurs d’élite opérant depuis des hélicoptères.

Introduits en Australie vers 1840, les camélidés sont depuis longtemps retournés à la vie sauvage et, faute de prédateurs, ont prospéré. Leur population est estimée à un million d’individus vivant dans l’arrière pays, l’Outback. Ce qui n’est pas sans poser de problème environnementaux et de cohabitation avec les humains.

un nuisible

Considéré comme nuisible par le ministère fédéral de l’environnement, le dromadaire est réputé contaminer les sources d’eau et détruire des biotopes remarquables.

En 2009, Camberra avait déjà mené un programme d’abattage de dromadaires sauvages. En 4 ans, leur population avait été diminuée des deux tiers.

L’originalité du massacre en cours est qu’il pourrait stimuler l’économie du … carbone. Comme tous les ruminants, les dromadaires rotent d’importants volumes de méthane, gaz à effet de serre 28 fois plus puissant que le gaz carbonique. Chaque année, le quadrupède peut émettre l’équivalent d’une tonne  CO2 par an.

crédit carbone

D’où l’idée de créditer le compte des snipers héliportés de crédits carbone. L’idée n’est pas nouvelle. Le consultant Tim Moore estime que l’éradication de la totalité du cheptel de camélidés sauvages permettrait d’abattre de près de 2 millions de tonnes les émissions australiennes de gaz à effet de serre.

Le président de la firme RegenCo propose ainsi la création d’un «crédit carbone camélidé». Une proposition refusée par le gouvernement australien. Non pour des questions éthiques mais parce que seules les émissions des animaux domestiques (bovins, notamment) sont prises en compte dans les inventaires nationaux de gaz à effet de serre. De ce fait, le shooting de dromadaire n’est pas une méthode d’atténuation éligible à l’Emissions Reduction Fund.