Renouvelables: la Chine prépare une grosse annonce

Le 28 septembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En 2030, la Chine pourrait disposer de près de 500 GW de capacités hydroélectriques.
En 2030, la Chine pourrait disposer de près de 500 GW de capacités hydroélectriques.
VLDT

La prochaine ‘PPE’ chinoise devrait donner une plus large place aux énergies renouvelables électriques. Il n’est pas certain que cela permette à l’Empire du Milieu de réduire ses émissions carbonées.


A l’approche du sommet climatique annuel, les Etats fourbissent leurs politiques climatiques. Début décembre, l’Union européenne devrait annoncer un renforcement de ses objectifs à 2030. Premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, la Chine ne sera pas à la traîne.
Selon un document provisoire vu par un journaliste de l’agence Bloomberg, la commission nationale pour le développement et la réforme (NRDC, l’équivalent du ministère du plan) prévoit de renforcer très sensiblement ses objectifs en matière de production d’électricité par les origines renouvelables. Si ce projet est adopté tel quel (la décision doit être prise à la fin du mois d’octobre), 35% de l’électricité consommée en Chine à partir de 2030 sera produite par des barrages hydroélectriques, des parcs éoliens et des centrales solaires. Pour le moment, l’Empire du Milieu prévoit officiellement que 20% du courant consommé dans 12 ans soient produits par des énergies décarbonées: renouvelables et nucléaire. C’est donc à un grand bond renouvelable en avant que se prépare la deuxième puissance mondiale.

Grand bon en avant
A dire vrai, l’annonce est une demi-surprise. Un premier projet de nouvelle ‘PPE chinoise’, publiée en mars, tablait sur un scénario de 32% d’électricité verte pour 2030. Compatible avec les objectifs de la politique climatique chinoise, publiée en 2015 (la NDC), ce scénario prévoit 1.300 gigawatts (GW) de capacités renouvelables en service en 2030, réparties à parts à peu près égales entre l’hydroélectricité, le photovoltaïque et l’éolien. Le document qui a fuité cette semaine accroît de 10% le volume de ces capacités, soit 130 GW: un peu plus que la totalité du parc électrique français.
Etonnant? Pas forcément. «Cela correspond aux développements observés pour l’éolien et le photovoltaïque chinois, ces deux dernières années», précise Morgan Crénès, responsables des études d’Enerdata.

Quelles conséquences climatiques?
Ce regain de dynamisme est-il bon pour le climat? Ce n’est finalement pas certain. Car la Chine continue de construire des centrales au charbon. Cette semaine, une étude de l’ONG Coal Swarm estimait à 290 GW les capacités en cours de construction dans l’Empire du Milieu. De plus, le programme provisoire chinois ne fait mention ni d’éventuels renforcements des réseaux électriques (vitaux pour accueillir plus de capacités renouvelables), ni d’un renforcement de la politique d’amélioration de l’efficacité énergétique. Par ailleurs, la Chine est un pays qui connaît des problèmes croissant d’alimentation en eau. Ce qui pourrait réduire le productible non seulement de son parc hydroélectriques mais aussi de ses centrales thermiques (à flamme et nucléaire).



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus