Renouvelables: l’Italie publie sa PPE

Le 16 janvier 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'Italie exploite massivement la géothermie.
L'Italie exploite massivement la géothermie.
Reykjavik Geothermal

Rome prévoit un quasi-doublement de ses capacités de production d’électricité d’origine renouvelable en 12 ans.

Les programmations énergétiques sont dans l’air du temps. Avec quelques jours de retard sur l’échéance fixée, le gouvernement italien a rendu à la Commission européenne son plan de développement des énergies renouvelables pour 2030. Ou comment la Botte va tenir les engagements pris dans le cadre du paquet Energie Climat 2030. 

+80% de capacités

Rome se montre plutôt ambitieuse. Dans son programme, le ministère italien du développement économique (Mise) prévoit de porter à 93,2 gigawatts (GW) la capacité de production d’électricité d’origine renouvelable: un bond de 80% des capacités installées. 

Les énergies solaires se tailleront la part du lion. En 2030, les électriciens transalpins devront exploiter 51 GW de centrales photovoltaïques et thermodynamiques, contre 20 GWc à la fin de 2016. Comme en France, le potentiel hydroélectrique italien est déjà largement exploité. Aussi, le Mise ne prévoit d’accroître le parc hydraulique que de 600 mégawatts (MW), ce qui devrait le porter à 19,2 GW. 

Moins de biomasse

Le parc éolien devrait flirter avec les 20 GW (dont 0,9 GW en mer), ce qui aboutit à un quasi-doublement de sa taille par rapport à 2016. Seule la puissance cumulée des centrales à biomasse est appelée à diminuer, pour atteindre les 3,7 GW, en 2030. Soit 10% de moins qu’en 2016.

Au total, les énergies vertes devront satisfaire 55% de la consommation italienne d’électricité en Italie (soit 187 térawattheures par an en 2030) et à 30% de la demande d’énergie.

fin du charbon en 2025

En parallèle, l’objectif d’amélioration de l’efficacité énergétique sera porté à 43% (par rapport à 1990), contre 24% en 2020. 

Les émissions de gaz à effet de serre devront être fortement réduites: de 33% pour les secteurs non ETS[1](toujours par rapport à 1990) et de 43% pour les secteurs ETS. 

Cette nouvelle version de la stratégie énergétique nationale fixe toujours en 2025 l’arrêt des 8 GW de capacités au charbon. Au total, l’Italie devra consacrer environ 175 milliards d’euros à la décarbonation de son secteur électrique. 



[1]ETS: le systèmecommunautaire d’échange de quotas d’émission 

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus