Renouvelables: l’Europe en plein cafouillage

Le 04 juin 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
George Osborne veut sabrer les subventions à l'éolien.
George Osborne veut sabrer les subventions à l'éolien.

Après l’Allemagne, la France, l’Espagne, c’est au tour du Royaume-Uni de vouloir réduire son soutien aux énergies renouvelables. Selon The Observer, le chancelier de l’échiquier exigerait de pouvoir baisser d’un quart le montant des aides gouvernementales attribuées aux parcs éoliens britanniques, soit une économie évaluée à 100 millions de livres par an (124 millions d’euros).

Cette mesure bénéficie d’un assez fort soutien au sein de la majoritaire parlementaire. En février dernier, rappelle l’hebdomadaire dominical, une centaine de parlementaires tories avait réclamé, dans une lettre ouverte, la diminution des subventions aux énergies renouvelables. De quoi mettre en porte-à-faux le ministre (libéral-démocrate) de l’énergie et du changement climatique qui soutient mordicus le développement des champs d’éoliennes, notamment en mer.

En mettant ce projet à exécution, le gouvernement Cameron pourrait, lui aussi, se trouver à contre-courant de la politique énergétique européenne. Constatant que les ENR ne sont pas déployées au rythme imposé par le paquet Energie-climat (une menace pour l’atteinte des objectifs du 3x20%), la Commission européenne devrait appeler, mercredi 6 juin, les Etats membres à «sécuriser» les financements en faveur des énergies «vertes». Pas sûr que cette «communication» de Bruxelles soit beaucoup entendue par les 27.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus