Renouvelables: Hulot fait les gros yeux à EDF

Le 15 novembre 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Hulot s'attaque au paquebot EDF?
Hulot s'attaque au paquebot EDF?

Après avoir admis qu’il faudrait renoncer à réduire à 50% en 2025 la part du nucléaire dans le mix électrique, le ministre de l’écologie entend remettre EDF en ordre de marche. Une réflexion est en cours sur l’architecture de l’énergéticien.

Autruche ou girafe? La métaphore est de Nicolas Hulot, évoquant la hauteur de vue que devrait avoir EDF pour définir ses choix stratégiques. «EDF peut se revitaliser grâce aux [énergies] renouvelables, veut croire le ministre de l’écologie, dans un entretien accordé au Financial Times. Demain, la norme ne doit plus être l’énergie nucléaire, mais les énergies renouvelables. C’est un bouleversement complet de notre modèle.» Certes, mais l’électricien freine des 4 fers, reconnaît le ministre, représentant de l’actionnaire principal: «C'est compliqué quand l'exploitant ne fournit pas son propre scénario pour remplir les objectifs. Maintenant, la grande différence est que j'ai demandé à EDF un plan précis.»

Architecture à revoir

Une reprise en main, une semaine précédente après que le ministre a dû annoncer qu’il fallait abandonner tout espoir de baisser à 50% la part du nucléaire en 2025? «Tout est sur la table, nous sommes en phase de discussion, y compris sur la gouvernance. (…) L'architecture d'EDF est-elle la bonne pour répondre aux défis du XXIe siècle? Une réflexion est en cours.» Une année intense s’ouvre donc, puisque Nicolas Hulot s’est donné un an pour annoncer «combien de réacteurs seront fermés, à quelles échéances et sur quels critères». Soit le temps de boucler la révision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) d’ici la fin 2018, pour les périodes 2018-2023 et 2024-2028. «Les choix stratégiques de l'entreprise doivent refléter cette nouvelle ère énergétique», a conclu celui qui ambitionne encore que les énergies renouvelables deviennent «la norme de notre modèle énergétique», reléguant le nucléaire à «un rôle d’appoint».

 

EDF vient de récupérer 6,1 milliards de zlotys (1,4 Md€) dans la vente de ses actifs de cogénération et de production d'électricité d'EDF Polska, qui sont allés dans l’escarcelle du groupe public PGE. Dans le panier, la centrale de Rybnik, les centrales de cogénération au charbon de Cracovie, Czechnica, Gdansk, Gdynia, Torun et Wroclaw, ainsi que les centrales de cogénération au gaz de Zawidawie et Zielona Gora. Le tout pour une capacité totale installée de 4,4 gigawatts thermiques (GWth) et 1,4 gigawatts électriques (GWe). Il inclut également les réseaux de chaleur des villes de Czechnica, Torun, Zawidawie et Zielona Gora. L’empreinte carbone du groupe devrait avoir diminué d’un quart à l’issue de la politique de cession d’actifs, engagée depuis 2015 et réalisée à 80%, à hauteur de 10 Md€.


Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus