Renault prépare un « plan technique » pour réduire la pollution

Le 18 janvier 2016 par Yves Leers
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Renault Captur, la voiture qui émet trop.
Renault Captur, la voiture qui émet trop.
Renault

Accusé de dépasser largement les seuils de pollution sur plusieurs de ses véhicules, Renault a annoncé, lundi 18 janvier, travailler sur un «plan technique» pour remédier au problème. Ce qui laisse entendre que la firme au losange connaissait le problème depuis longtemps, bien avant que les premiers chiffres de pollution excessive ne soient divulgués en septembre par l’ONG allemande DUH.

Un tel plan technique pourrait passer – entre autres - par l’abandon de la technologie du piège à oxydes d’azote (NOx), selon plusieurs experts et l’ICCT, le Conseil international des transports propres.

VOITURES POURTANT HOMOLOGUEES

Auditionné, lundi 18 janvier, par la Commission technique indépendante mise en place par la ministre de l’écologie, le constructeur automobile ne devait pas donner plus de détails sur ce «plan technique» mais expliquer comment ces dépassements de seuils étaient possibles alors que les véhicules concernés avaient bien été homologués. Un modèle est particulièrement visé, le Renault Captur, un SUV qui rejetterait 5 fois plus NOx et de gaz carbonique (CO2) que la norme. Les dépassements d’un autre modèle, l’Espace 1.6 dCi, seraient encore plus élevés, selon DUH.

Alors que Renault annonçait lundi matin des résultats en hausse pour 2015 (2,8 millions de véhicules vendus, soit une progression de 3,3 % sur un an), le directeur commercial, Thierry Koskas, a donc indiqué que la régie travaillait sur «un plan technique qui doit permettre de réduire l'écart entre les émissions dans des conditions réelles et les émissions normalisées». Il a ajouté que ce plan était «en cours de réalisation par l’ingénierie» et qu’il serait connu dans quelques semaines. «Dans les conditions des tests d'homologation, nous respectons les normes d'émission, puisque les voitures étaient homologuées», a ajouté Thierry Koskas qui a repris la conclusion officielle: «Renault n’a pas triché».

PIEGE A NOx CONTRE CATALYSE SCR

Dans ces conditions, comment expliquer de tels dépassements puisqu’aucun logiciel tricheur comparable à celui de Volkswagen n’avait été installé? Les Echos font état d’un «défaut technique à l’origine du problème et qui bloquerait le système de dépollution». Explication peu convaincante puisque si ce défaut avait été décelé il aurait été simple de le corriger dans une entreprise comme Renault.

Une autre hypothèse semble tenir la corde. Il s’agit du piège à NOx, choisi par Renault pour respecter la norme Euro6 sur pratiquement tous ses véhicules. C’est cette technologie, très critiquée par le Conseil international des transports propres (ICCT), qui expliquerait les dépassements. En septembre, les tests en laboratoire de l’ICTT sur trois véhicules (Volvo, Renault et Hyundai) équipés de «trappes à NOx» avaient donné des «émissions extrêmes». Selon l’ICCTT, c’était là «une claire indication que, dans certains cas, la technologie trappe à NOx est paramétrée pour livrer de bonnes performance lors des tests d'homologation, mais pas nécessairement lors des conditions réelles représentées par la WLTP», la procédure d'essai mondiale harmonisée pour les voitures particulières et véhicules utilitaires légers (1). Il existe une autre technologie «beaucoup plus évoluée», selon les experts, pour piéger les oxydes d'azote: la catayse SCR, choisie par PSA Peugeot-Citroën pour tous ses véhicules.

Jeudi dernier, la CGT du site d’ingénierie Renault de Lardy a révélé, dans un tract puis un communiqué, que les inspecteurs de la répression des fraudes (DGCCRF) avait mené début janvier des perquisitions sur trois sites du constructeur.

 

WLTP - Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures : ensemble de procédures de test, comportant des cycles de conduite automobile (WLTC), harmonisées au niveau mondial et en cours de finalisation



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus