Renault: du tissu recyclé monte à bord de la ZOE

Le 22 novembre 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
A la source: un fil recyclé produit par les Filatures du Parc
A la source: un fil recyclé produit par les Filatures du Parc
Jean-Brice LEMAL - Renault

Le tissu équipant le dernier modèle de la ZOE est réalisé à partir d’un fil issu de chutes de fabrication textile et de plastique recyclé provenant de bouteilles. Une première pour le constructeur Renault.

Fabrice Lodetti a l’oeil pétillant et la poignée de main chaleureuse. Aux Filatures du Parc, l’entreprise créée par son père en 1975 à Brassac (Tarn), les nouvelles sont bonnes. Le gérant vient de signer un contrat historique avec Renault et Adient[1] pour fournir du fil recyclé destiné à habiller le dernier modèle de la ZOE[2] (environ 25.000 véhicules), disponible en France depuis septembre. Fourni à l’équipementier Adient, il est transformé en tissu gris chiné qui va habiller les sièges, le tableau de bord, les contours du levier de vitesse et l’intérieur des portes.

Premier brevet en 2007

Fabrice Lodetti n’est pas novice en la matière. Il a déposé son premier brevet de fil recyclé en 2007, à partir de pulls usagés et avec la conviction que l’avenir de la manufacture se jouait dans l’approvisionnement en matières dites secondaires. Après plusieurs marques d’habillement comme Patagonia, Bonobo, Billabong et Quicksilver, c’est la première fois qu’il travaille avec l’industrie automobile. «Son cahier des charges est le plus exigeant de tous les secteurs puisqu’il lui faut un fil ultra-résistant aux UV et à l’abrasion», explique le filateur qui a mis au point un produit composé pour moitié de chutes de production textile (les lisières de tissu) et de ceintures de sécurité non homologuées fournis par Renault et pour moitié de polyester recyclé issu de bouteilles usagées en polytéréphtalate d’éthylène (PET).

60% du CA

Six années de recherches ont été nécessaires pour mettre au point ce nouveau fil, disponible en deux coloris (gris moyen et gris anthracite). Au plan économique, le pari semble réussi. En hausse depuis 4 ans, après de longues années de crise, le chiffre d’affaires de l’entreprise tarnaise s’élève à 4,5 millions d’euros en 2018. Il provient à 60% des fils recyclés et à 40% des fils vierges. Avec l’objectif affiché d’atteindre 90% à 100% de fils recyclés en 2025.

 

Bilan carbone allégé

Fabrice Lodetti explique que le polyester recyclé provient actuellement de Chine, «l’Europe ne garantissant pas encore de régularité suffisante d’approvisionnement». Le recyclage reste mécanique, sans utilisation de produits chimiques. Le bilan carbone du nouveau textile est donc allégé par rapport à un fil composé de fibres vierges. «Le gain en émissions de CO2 est d’environ 60%», affirme Jean-Philippe Hermine, directeur Stratégie et Plan Environnement de Renault.

 

17 kg de plastique recyclé et 8 m2 de tissu

L’opération, «qui devrait très certainement se répéter dans d’autres modèles de voitures», s’inscrit dans la politique de l’entreprise de réduire le bilan carbone de tous ses véhicules, au niveau mondial, de 25% d’ici à 2022 (par rapport à 2010). Selon Alain Gentilini, directeur de l’économie circulaire du groupe automobile, un véhicule Renault contient en moyenne 33% de matériaux recyclés (environ 23 kg dans un véhicule à essence), dont de l’acier, du plastique (17 kilogrammes par voiture) et désormais du textile (8 mètres carrés dans la ZOE).

 

Soutiens de l’Ademe et de la région

Une centaine de tonnes de fils a déjà été livrée à Renault depuis le printemps 2019 dans le cadre de ce projet tripartite nommé «Afiler». En comparaison, les Filatures du Parc produisent environ 800 t de fils par an. L’opération, d’un coût total de 2 millions d’euros pour les 3 entreprises, a bénéficié de 600.000 € de soutien de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie et d’environ 40.000 € de la région Occitanie.

 

Work in progress

Toujours en quête de progrès, les Filatures du Parc travaillent désormais à améliorer l’éco-conception des textiles habillant les sièges automobiles. « Nous travaillons depuis un an avec un équipementier automobile pour mettre au point un tissu recyclable, qui présente les mêmes qualités de confort qu’aujourd’hui mais qui ne contient plus la traditionnelle mousse de polyuréthane », glisse Fabrice Lodetti. Généralisée, cette mousse empêche le tissu automobile d’être à son tour recyclé. Comme c’est le cas du tissu équipant la ZOE. «C’est la prochaine étape de la boucle. Nous devons sensibiliser l’industrie automobile à choisir des équipements mieux conçus», conclut le filateur.

 

 



[1] Le groupe produit un siège sur trois dans le monde

[2] Deux gammes sur quatre sont équipées : Zen et Intens

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus