Remember Palomares

Le 18 janvier 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Il y a 44 ans, l’un des plus graves accidents aériens qu’ait connus l’US Air Force secoua aussi le sud de l’Espagne. En milieu de matinée de ce 17 janvier 1966, un B52 américain, armé de 4 bombes thermonucléaires, entre en collision avec un ravitailleur. Le bilan est lourd : 10 membres d’équipage des deux avions sont tués. L’avion citerne explose en vol et le lourd bombardier s’écrase à proximité d’un village de pêcheurs andalou : Palomares.

 

Aucune victime n’est à déplorer au sol. Mais l’explosif conventionnel de deux des trois armes tombées au sol explose disséminant sur plusieurs hectares des déchets hautement radioactifs. La quatrième bombe s’abime en mer et sera récupérée plusieurs mois plus tard.

 

Les terres les plus contaminées sont mises dans 6.000 futs qui sont envoyés au centre d’études nucléaires américain de Savannah River (Caroline du Sud). Le reste est mélangé à de la terre propre, pour diluer la radioactivité.

 

Quarante-quatre ans plus tard, Madrid souhaite en finir avec cette pollution. Le 21 décembre, révèle El Pais du 17 janvier, le ministère des affaires étrangères espagnol a demandé à Washington de nettoyer définitivement la zone contaminée qui pourrait encore contenir plusieurs kilogrammes de plutonium, 50.000mètres cubes de terres polluées, sans oublier les engins (enterrés) qui ont servi aux travaux de terrassement.

 

La demande du Royaume n’est pas illégitime. Contrairement aux Etats-Unis, l ’Espagne ne dispose d’aucun site dédié au stockage de tels déchets. Problème, le montant de l’addition s’avère salé. Selon le Centre d’études énergétiques environnementales et technologiques (Ciemat, selon l’acronyme espagnol), il faudra investir 31 millions d’euros pour récupérer et stocker les terres et les matériels contaminés.

 

Washington n’a pas encore donné suite à la demande espagnole, et il est probable qu’elle y répondra favorablement.

D’autres pays pourraient demander réparation : l’armée de l’air et la marine américaines ont perdu des avions et un sous-marin porteurs d’armes atomiques au Canada (1950), au Maroc (1958), au Groenland (1968) et aux Açores (1968).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus