Réhabilitation de la baie du mont Saint-Michel: une modification à l'étude

Le 06 décembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le syndicat mixte qui pilote le rétablissement du caractère maritime du mont Saint-Michel a annoncé lundi 5 décembre qu’il allait décider, d'ici novembre 2012, de modifier une partie du projet; celle qui concerne l'accès au rocher. Une partie controversée puisqu’elle oblige les touristes à marcher jusqu’aux pieds de l’édifice, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Le coût global du projet de réhabilitation de la baie est estimé à 212 millions d'euros dont 37 millions préfinancés par Veolia.

Le syndicat mixte qui regroupe l'Etat, la Bretagne, la Basse-Normandie et la Manche, a demandé à un ingénieur qui connaît bien le dossier du Mont, Claude Liebermann, de lui remettre le 15 mars prochain une étude sur le sujet. «Nous aviserons entre mars et octobre-novembre pour savoir si changement il doit y avoir, et si oui quelles modifications tarifaires cela impliquerait», a précisé Laurent Beauvais, président du conseil régional de Basse-Normandie et président du syndicat mixte.

Le projet prévoit de détruire le parking actuel situé au pied du Mont. Un nouveau parking situé à deux kilomètres a été construit par Veolia et devrait entrer en service le 28 avril 2012. Il est donc prévu de faire circuler des navettes sur l'actuelle digue-route qui mène au Mont, destinée elle aussi à être détruite, jusqu'à la mise en place du pont-passerelle qui doit la remplacer en 2015. Mais dans le projet confié à Veolia en octobre 2009, les navettes ne partent qu'à 900 mètres du nouveau parking et déposent les touristes à 350 m aux pieds de l’abbaye.

De nombreux professionnels du tourisme craignent que cette marche à pied ne dissuade des touristes de venir et souhaitent que la navette parte du parking, scénario que va donc étudier Claude Liebermann. Le conseil régional de Bretagne s'étant prononcé pour une modification en juin dernier.

«Le syndicat décidera d'une éventuelle modification en fonction de l'étude et au vu du bilan de la première mise en service le 28 avril 2012, a précisé Laurent Beauvais. La vraie mise en service c'est (juin) 2015».

Dans l'hypothèse d'un départ des navettes directement du parking, la question du surcoût a été évoquée et donc celle de l’augmentation du tarif. Les collectivités et l'Etat refusent en effet toute rallonge budgétaire. Le coût du parking, qui inclura celui des navettes, devrait ainsi passer de 6 € à 8,50 au 28 avril 2012.

Selon une étude financée par les opposants à un départ des navettes loin du parking, le surcoût de 3,5 € évoqué en 2009 par Veolia pourrait être ramené à 1,41 € maximum. Selon le syndicat mixte, un départ du parking entraîne pour le projet un surcoût de 4,5 M€.

 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus